AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 story of vicki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: story of vicki   Mar 25 Aoû - 18:02


victoria "vicki" bennett

âge - 20 ans. lieu de naissance - white oak station. occupation/métier - étudiante, serveuse. statut civil - amoureuse. credits - tumblr.

white oak station, le début
la maternité est un endroit qui est censé donner de la joie. La vie se pointe tous les jours, la mort de temps en temps. La détresse rarement. Mais ce jour-là, elle a pris place dans le coeur de mes parents. Après tellement d'année de lutte, d'acharnement gynécologique, j'avais enfin réussie à faire mon petit nid dans le ventre de ma maman. Ma chambre était prête depuis des années, mon prénom aussi. Et puis un jour, maman s'est réveillé avec des douleurs dans le ventre. Puis du sang, beaucoup. À croire qu'ils n'avaient pas de chance. Mes parents sont partis à l'hôpital à 4h du matin, et la décision de me sortir a été bien vite prise. Ma mère pleurait, c'était trop tôt, elle avait peur de perdre encore cet enfant tant désiré, son petit ange à qui elle parlait tous les jours à travers la peau. 6 h 12 du matin, on me sort de ma mère, on m'arrache à ma chair. Je ne pleurerais pas pour la première fois ce soir-là, je suis bien trop petite, c'est bien trop tôt. Mes parents décident que le prénom qu'ils avaient choisi ne me correspond pas. « Victoria... ma fille s'appellera Victoria. »« Victoria... ma fille s'appellera Victoria. »


white oak station, j'ai quatre ans
Pendant mes quatre premières années, je suis devenue grande-soeur, et je me suis battue . Pour ma prématurité, les maladies infantiles, et l'asthme. Maman me surprotégeait, et je le vivais plutôt mal. Chaque matin, elle me demandait « Mon petit ange, tu as bien dormi? Tu ne te sens pas malade? » je lui répondais systématiquement oui, et j'allais jouer. Et ce matin-là, je m'en souviendrais. Maman ne m'a pas posé la question. Maman n'était plus à la maison. Cela faisait quelques semaines qu'elle s'absentait sans cesse, elle ne souriait plus. Lorsque papa est entré dans ma chambre, il avait les yeux rouges, le visage vide. Ma petite soeur dormait encore à mes côtés, comme chaque nuit, et papa s'est approché de moi. Il nous a regardé et il s'est mis à pleurer. C'est là que j'ai découvert ce que signifiait la perte, la mort. Maman était partie, il m'a dit qu'elle s'était battue, comme moi, et puis, qu'elle était partie. Du haut de mes quatre ans, je n'ai pas compris, je regardais papa, le visage triste, et je l'ai pris dans mes bras. Et nous sommes restés là, pendant de longues minutes. Peut être 20, peut être même une heure. J'ai repensé à nos journées avec maman, à son sourire lorsqu'elle m'a dit que j'allais être grande-soeur bien que je n'étais qu'un bébé, à ses doux mots qu'elle me prononçait avant que je me couche. Et c'est à ce moment-là, précisément que j'ai compris, que c'était fini. Mon innocence s'était envolée avec ma maman.

white oak station, j'ai huit ans
Depuis la mort de ma mère, quatre ans se sont écoulés. Quatre années très dure à vivre, pour moi et mon papa. J'ai eu énormément de mal à l'accepter, j'en voulais à papa, aux docteurs, à ma petite soeur. Et puis un jour, papa s'est énervée, et m'a dit qu'il fallait que j'arrête, que maman ne reviendrait pas, que je sois énervée ou non. Sur le coup, on se dit que c'est violent pour une petite fille, mais finalement, il a bien fait, car ça m'a permis de grandir. L'année de mes six ans, papa m'a inscrite au conservatoire, il m'a dit que ça me ferait du bien, alors je l'ai écouté. Et de là s'est découvert une véritable passion, et surtout un véritable don. Ma professeur a un jour dit à papa que j'avais sans doute l'oreille musicale, et je n'étais pas peu fière. Je le disais à tout le monde, à ma maitresse, mes copines, mes copains, et même mon hamster Chuinte. Enfin depuis j'ai grandi, et j'ai même découvert l'instrument qui me correspond, le violon. Sortant de mes pensées, je regarde la maitresse qui me fixe depuis tout à l'heure.« Victoria, c'est l'heure de la sortie. Ton papa m'a dit que c'était ta tante qui viendrait vous chercher. » j’acquiesce, puis attrape mon sac et me dirige vers la sortie de l'école, où je retrouve ma tante et ma petite sœur qui m'attend déjà. Ma tante me tend mon gouter, un croissant à la noisette comme j'en raffole, et nous repartons à la maison. Le soir, une fois que papa est couché, nous avons un rituel avec ma petite soeur. Je lui raconte une histoire, et nous nous endormons ensemble, l'une contre l'autre. Ce n'est pas au gout de papa, mais c'est pas grave. J'entends la lumière du couloir s'éteindre, papa est parti dormir. Je file me faufiler dans le lit de ma petite soeur. « Penny, ce soir je vais te raconter l'histoire de l'ours bleu. C'est un ours, et il adore l'eau, alors il en boit beaucoup beaucoup. Alors il est devenu bleu et on se moque de lui, alors un jour il a mangé des lentilles, et il est redevenu marron. Voilà Penny, c'est fini! » je lui souris, elle me souris, et nous nous endormirons, contre l'autre, encore et toujours.

white oak station, j'ai quinze ans
« T'as pas encore compris Joshua ? T'es con putain. » je regarde mon ami, qui se trouve à mes côtés. Nous sommes allongés dans l'herbe à regarder les étoiles. Joshua, je le connais depuis la mort de maman, mais nous nous sommes rapprochés ces dernières années. Au fur et a mesure de notre amitié, je sentais une sensation étrange dans le ventre, inconnue pour moi. J'ai vite compris que c'était de l'amour, et j'ai essayé de lui faire comprendre. Pendant deux ans j'ai essayé. Deux années, c'est long. Ce soir là, j'étais bien décidé à lui avouer mes sentiments. J'avais peur, mais j'étais excitée comme une petite puce à qui on a dit qu'un chat était libre. Lui n'avait pas l'air de comprendre lorsque je lui ai dis que j'étais amoureuse de quelqu'un. Il me regarde, l'air idiot. Les mecs sont idiots, je le sais depuis un moment déjà. « Hein? J'ai pas compris quoi ? » je ne prendrais pas le temps de répondre. Je me retourne, et m'allonge sur lit, posant délicatement mes lèvres sur les siennes. Mon premier baiser. Tellement désiré, tellement apprécié. Joshua me pousse avant de se remettre contre moi, me souriant. « J'ai eu peur de te perdre quand tu m'as dis pour le garçon. Je, je crois que je suis amoureux aussi. D'une fille blonde, un peu idiote sur les coins, mais tellement belle. » et il m'embrasse, à son tour. Nous resterons là, l'un sur l'autre de long instant, a nous contempler, yeux dans les yeux. L'amour est une belle chose, une chose invisible avec les yeux, mais tellement belle a ressentir. L'amour nous fait pousser des ailes, nous fais vivre, nous fais rêver, nous rend aveugle, nous rends fous. L'amour.

white oak station, j'ai dix-sept ans
Dans mon lit, Joshua se trouve a mes côtés. Depuis quelques semaines, je sens que ce n'est plus la même chose, les sentiments ne sont plus les mêmes. Je regarde son torse, il est beau, musclé, doux et il sent tellement bon. Il sent l'homme mur, le bel homme. Je relève légèrement la couverture sur moi, puis me colle à lui. D'une main, il me repousse et se retourne sur le côté, face à la fenètre. Quelque chose ne va pas, je le sens, il est tellement heureux d'habitude. « Qu'est ce qui se passe mon coeur? Il y a un soucis? » il ne bouge pas d'un poil, et je l'entend soupirer. Un silence s'installe. Il se tourne vers moi environs 10 minutes plus tard, les yeux rouges. C'est la première fois que je le vois dans cet état. Je m'inquiète, et frissonne. Je ne m'attendais pas à ce qu'il allait m'annoncer. « Victoria... » mon visage se vide, rapidement. Il sait que je n'aime pas qu'on m'appelle par mon prénom, il ne l'a jamais fait, alors je le fixe. Puis il continu. « Je suis dans la merde... » il prend sa respiration, moi aussi. « J'ai mis une meuf en cloque Victoria. » je le fixe, et met quelques minutes a comprendre. Je regarde mon ventre, je le regarde. Non je ne suis pas enceinte, qui est enceinte ? Puis je me rend à l'évidence, et me lève en m'enroulant dans ma couverture, le laissant nu sur le lit. « Putain. Dégage de chez moi. Dégage Joshua, dégage putain! » il me regarde, l'air sonné. Il n'a pas le temps de réfléchir que je l'attrape par le bras, attrape ses vêtements, et le traine à travers les escaliers. Ma soeur se trouvant sur le canapé nous regardes, surprise de le voir à poil dans les escaliers. Puis j'ouvre la porte, jetant ses habits au loin dans l'obscurité, et je le pousse dehors et claque la porte, ne le laissant pas dire quelque chose. Et je m'effondre. Par terre, comme ça, comme une trainée. Mon copain, mon meilleur ami m'a trahit. Ma soeur s'approche de moi et me prend dans ses bras en m'entrainant sur le canapé. Heureusement que papa n'est pas là, ça l'aurait rendu dingue. « Vicki, je m'inquiète, qu'est ce qui se passe? » mes larmes coulent sur mes joues. Ca ne devrait pas se passer comme ça. Ce n'est pas ma petite soeur qui devrait me réconforter et m'écouter, c'est moi. Ca a toujours été moi, depuis maman. Je la regarde, essayant de calmer mes sanglots. « Il m'a trompé, Penny... Penny il m'a trompé. » mes sanglots s'arrêtent à la fin de ma phrase mais je sens qu'ils ne vont pas tarder à revenir. Ma sœur le sent et tente de me calmer, me serrant contre elle. « C'était un con. Tu vas t'en remettre et en rencontrer pleins d'autres tu sais. » elle est tellement mature ma soeur. Parfois même plus que moi. Des fois je me dis qu'elle doit avoir quelques choses en elle, une sorte de don. Mais je sais que la mort de maman y est pour quelques choses, perdre sa maman a l'âge de 3 ans c'est dur, tout le monde le sait. Et puis elle m'a vu mal avec papa, alors qu'elle ne comprenait pas. Ma petite soeur n'a jamais eu l'innocence d'une enfant, moi je l'ai eu pendant quatre ans, et elle a peine trois. Je l'aime tellement ma Penny, je ne pourrais vivre sans elle. Je la regarde, les yeux pleins de larmes. « Merci d'être là...je t'aime petite soeur. » elle me sourit. « Je t'aime aussi, vicking. »

white oak station, j'ai dix-neuf ans
Ma rupture avec Joshua m'aura finalement fait le plus grand bien. Je suis devenu plus mature, plus craintive aussi. Pendant deux ans, j'ai été en couple deux fois, mais rien de sérieux, juste... de l'amusement disons. Désormais majeure, j'ai décidé de prendre mon envol il y a quelques mois, et j'ai trouvé cet appartement, mal en point certes, mais je me suis sentie chez moi a peine avais-je rentré le pied à l'intérieur. Alors je l'ai rénovée, et je l'ai repeint pendant les vacances d'été avec ma soeur, et papa quand il pouvait venir. Ma soeur à mes côtés, je regarde mon appartement.  Penny me regarde, l'air un peu attristé. Je sais qu'elle ne veut pas rester seule, nous sommes tellement proches. Je la regarde également, j'aimerais tellement ne pas avoir ce sentiment d'abandon envers elle. « Tu es sûre de vouloir partir Vicki... j'ai tellement besoin de toi. » je regarde ma soeur, le visage vide. Je le sais qu'elle a besoin de moi, mais moi j'ai besoin d'indépendance, de liberté, et surtout de distance avec mon père. Mon père est tellement après moi depuis ma majorité, que je pense que rester plus longtemps était de trop, et que ça aurait fini en dispute, et même en break familiale, alors je préfère partir. Et puis ça ne va pas me faire de mal, finalement. « J'en ai besoin Penny, pour mon bien, pour notre bien. Mais tu seras la bienvenue tu le sais ça... quand tu veux. Ne m'en veut pas je t'en supplie. » je la regarde, elle me sourit. Elle me ressemble tellement, j'ai parfois l'impression de me voir dans un miroir. « Tu as peut-être raison finalement. Je ne t'en veux pas. Je t'aime. » je la prend dans mes bras, en signe de remerciement. Penny est compréhensible, c'est certainement sa plus grande qualité.
Je m'installerais dans mon appartement, seule le week-end suivant. Je m'offrirais un chaton, histoire de me divertir le soir. Et je serais heureuse. Enfin.

white oak station, aujourd'hui
Depuis mon emménagement, bien des choses se sont passées dans cette appartement. Des fêtes d'étudiants, des gueules de bois. Et puis l’emménagement de ma soeur, Penny. A peine avait-elle fêté sa majorité qu'elle est venue s'installer avec moi. C'était devenu une évidence, rien ne pourra nous séparer, rien. Et jamais. Même si en vivant avec elle, j'ai découvert un secret qu'elle gardait depuis bien longtemps, et que j'en garde un mauvais souvenir. Ce jour là, nous étions assises toutes les deux dans le canapé, regardant un film, ou plutôt une série, Grey's Anatomy, la série dont nous raffolons, avec le docteur mamour et médusa, cristina arizona. Cependant, très vite, un bruit nous fait sortir de l'univers médical. ding dong. Ma sœur me regarde, vu l'heure, c'est certainement encore quelqu'un qui se trompe d'adresse. « Tu attends quelqu'un Vicki ? » je la regarde en hochant la tête, puis me lève afin d'aller ouvrir. Devant ma porte, je regarde dans le trou destiné à voir qui est de l'autre côté. Mon visage se vide. Ma gorge se serre. Mes poings se referment. Joshua. Je pose une de mes mains sur le meuble de l'entrée pour ne pas m'écrouler par terre. J'entends ma soeur arrivée vers moi, affolée. « Victoria... c'est qui ? T'es toute blanche, il y a un soucis ? » je baisse la tête, reste silencieuse. Penny déverrouille la serrure avant d'ouvrir la porte. Je la vois devenir blanche, elle aussi. Aucune de nous deux ne s'attendaient à recevoir une visite de lui. Il nous regarde, pâle comme un linge, comme quelqu'un venant d'avoir la nausée. « Victoria, je t'aime. » choquée, je le regarde prendre la parole avant même de nous dire bonjour. Suite à sa phrase, ma soeur me regarde, je la regarde. Je la vois s'éloigner, sans doute afin que je demande une explication. Je regarde Joshua, mon premier amour, mon premier chagrin d'amour. Ma première trahison. Et sans même savoir pourquoi, je l'embrasse. Sans réfléchir, mes lèvres se posent sur les siennes, à nouveau. Il me regarde surprit certainement, et je le regarde, également surprise de mon geste. Mes doigts se posent sur mes lèvres humides. Un silence s'installe. Un silence qui va perdurer pendant une trentaine de minutes. J'entends ma soeur éteindre la lumière du salon ainsi que la télé et se diriger dans sa chambre. Je regarde Joshua, n'aillant toujours rien dit. « J'ai envie de toi Joshua. Là, maintenant, dans les escaliers. » surprise de ma phrase, je recule de quelques pas. Il me regarde, totalement choqué. « Heu... si tu veux? » sans attendre, sans doute a cause de l'adrénaline, de la surprise, et de la peur je l'attire vers moi. Puis cours dans ma chambre, le pousse sur le lit. Il est inutile de préciser la suite de la nuit.

Le lendemain matin, en me réveillant, je le trouve à mes côtés et me décale. Je le regarde, avant de ravaler ma salive. Puis me lève en enfilant mon peignoir, puis sort de la chambre. Notre discussion... nous l'aurons en nous réveillant. Ma soeur se trouve dans la cuisine à préparer le petit déjeuner, et m'adresse un sourire...niais. Merde, j'avais oublié qu'elle était là. Totalement gênée, je deviens rouge. « Je vois que tes pulsions sexuelles n'ont pas changé avec Joshua. Dit moi Victoria, t'es un peu conne ou juste nostalgique d'une période de ta vie? » je la fixe, ne sachant pas quoi lui répondre. « Tait toi Penelope, j'ai pas envie d'en parler. » à la fin de ma phrase, je pars me doucher. En sortant de la salle de bain, je croise Joshua dans le couloir et lui demande une explication. Il m'expliquera que cette histoire de grossesse était une connerie. Qu'il n'avait jamais couché avec cette fille, qu'elle lui avait dit que si il s'en souvenait pas c'est car il était bourré. Et qu'elle lui a mentit. A la fin de son explication, je me sens idiote, et lui aussi certainement. Je ne sais pas quoi en penser, ni quoi même lui répondre. Il le comprend, s'excuse et part en vitesse de chez moi avant de croiser ma petite soeur. Si j'avais su en me réveillant la veille que mon ex salopard deviendrait mon ex nounours, je pense que je n'y aurais pas cru.



© Sheepirl


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
 
story of vicki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I'm awesome. TRUE STORY
» M&M's Story
» Secret Story Rpg (toutes les saisons)
» Critique : It's Kind of a Funny Story
» The Cursed Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sheepirl, test :: story of my life-
Sauter vers: