AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 story of ruby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: story of ruby   Mer 18 Jan - 18:48


Ruby Howlett
nom Howlett, le nom du père, le grand.
prénom(s) ruby, mon prénom courant, celui avec lequel tous le monde m'appelle et me gueule dessus, puis opaline le second il sert à rien.
âge vingt-deux ans, double chiffre, les même en plus, c'est la classe.
naissance 28 février + wellington.
nationalité néo-zélandaise.
origines ici, par ici.
statut civil aussi vide que la bouteille de whisky du voisin.
orientation homosexuelle affirmé.
profession pas encore, ça fait seulement deux ans que j'étudie les sciences, la nature, je me suis vautrée en droit, alors j'ai préféré aller à gauche.
argent j'arrête de compter.
❇ ❇ ❇
ruby, elle est spontanée, parfois un peu trop, elle ne réfléchie pas avant de parler et ça lui cause souvent des soucis. puis après elle est un peu rancunière, elle pardonne pas facilement, elle n'oublie jamais, tu oublies de lui prêter un oeuf ? elle n'oubliera pas. elle est libre, c'est un de ses traits les plus importants, c'est ce qui la rend ruby, c'est ce qui la définie. c'est ce qui lui a permis de pas faire comme ses parents, d'étudier ce qu'elle avait envie et de ne pas se forcer pour les autres. elle est plutôt altruiste sinon, elle aime donner aux autres, des vêtements trop petits ou même des restes de lasagnes surgelés, ça la dérange pas, elle est comme ça ruby.

❇ ❇ ❇
ruby, la fille qui essaie d'être drôle mais qui n'y arrive jamais, je raconte toujours des blagues de mon invention mais personne rigole, sauf moi. c'est frustrant. ≈ quand j'étais petite, je voulais être grande, et maintenant que je le suis, je me dis que finalement, être petite c'était mieux. ≈ je suis une accro de café, j'en bois plusieurs par jours, peut être même trop. ≈ je fume depuis trois ans, au désespoir de mes parents. j'aimerais arrêté mais je n'y arrive pas vraiment. ≈ j'ai cinq frères, tous plus grand que moi. ils sont bien chiants, et ils ont réussi, eux. ils sont la plupart déjà père de famille, dans le domaine du droit et ça cartonne sur leur compte bancaire. ≈ j'ai une cousine de mon âge millie. elle est un peu la soeur que je n'ai jamais eu. on a grandi ensemble, commencer à étudier ensemble (bon sauf qu'elle, elle était douée). et puis je lui dis tous, elle me dit tous. bref, c'est millie, un peu comme une jumelle, je crois même que je ne pourrais être la ruby que je suis sans elle. ≈ avant d'étudier les sciences, j'ai étudié pendant deux ans le droit. c'était pas vraiment par choix mais bon, faut faire plaisir à la famille. sauf que j'étais nulle, je confondais tous et j'apprenais rien. ≈ j'adore les amandes. que ce soit en gel douche, en crème, en pâte, en lait, bref je suis accro au gout et au parfum. c'est même maladif parfois ouais. ≈ outre les amandes j'adore le chocolat. mon préféré, c'est le praliné, mais j'aime bien le blanc aussi, et j'adore le mois de décembre. a vingt-deux ans, j'ai encore un calendrier de l'avent tous les ans.≈ ma mère est avocate, comme la plupart des autres personnes de la famille, et mon père est juge. autant dire que j'avais plutôt intérêt à me tenir à carreaux à la maison. ≈ j'ai rapidement su ma différence, mon homosexualité. quand j'étais gamine déjà, je me posais des questions, et puis c'est à quinze ans que tous est devenu réel. avec jade, ma jade, ma meilleure amie. toutes les deux, on a rapidement compris que c'était de l'amour, un amour fort, un amour grandiose. puis elle l'a dit a ses parents. et je ne l'ai plus jamais revu. ≈ j'ai récemment adopté un petit chaton. il s'appelle moka, et il est né devant ma porte. alors je l'ai pris, lui et ses sœurs. bon, je n'ai gardé que lui, fallait pas déconner mais bon. ≈ je fais toujours des grimaces. je suis accro à snapchat, je poste plusieurs fois par jours des conneries, ou ce que fait mon chat. ça me fait rire.


Dernière édition par Dieu le Mer 18 Jan - 18:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: Re: story of ruby   Mer 18 Jan - 18:49

Je me souviens d’elle comme si elle était encore à mes côtés. Je me souviens de ses sourires, de son rire atypique, de ses dents digne d’une pub Oral B, de ses longs cheveux, de ses yeux, de ses lèvres aussi douce que celle d’un bébé. Jade, c’était la perfection, un ange sur terre, elle était jolie, elle était gentille, mais avant tous, je l’aimais. Je me souviens de notre premier baiser, un baiser hésitant, mais un baiser vrai, pur, profond de sentiment. Je me souviens de notre dernier baiser. Plein d’espoir, attendant celui d’après. Il n’arrivera jamais.

Wellington, trois juillet deux-mil-neuf.
Cette soirée là, je m’en souviens, celle d’une nuit d’été chaude, le début des vacances, le début de notre relation. J’étais allongée dans l’herbe fraiche du jardin, et j’attendais Jade comme le saint Graal. Elle devait arrivée d’une minute à l’autre, et je m’étais fais jolie pour l’occasion. Robe plutôt courte, de couleur bleu comme elles me vont à ravir, les cheveux tressés comme lors du mariage de mon dernier frère. Je fermais les yeux, en espérant que les aiguilles de ma montre avance le temps. Puis ses lèvres sur les miennes, brulantes d’amour, brulantes de sentiments, d’émotions. Mes yeux s’ouvrent peu à peu, me laissant apercevoir son visage au dessus du mien. Nos lèvres ne se détachent pas et restent collés entre elles, comme des aimants. Nous savourons le moment une minute, puis deux, puis dix, puis vingt. Jade glisse à côté de moi au bout de vingt-minutes intenses, et je me tourne vers elle, attrapant sa fine main dans la mienne. « Tu m’as manqué. Deux heures sans toi, c’est trop. » Elle rit, de son rire enivrant, de son rire amusant. Puis elle se tourne à nouveau vers moi. « Je crois en fait, que je t’aime. » Elle baisse les yeux, et je devine dans sa voix qu’elle ne voulait pas me le dire. Trois semaines déjà que nous nous posons des questions dès que nous nous voyons, et voici maintenant la réponse. Je l’embrasse, afin d’officialiser ses paroles. Les actes valent mieux que les paroles.

Wellington, douze septembre deux-mil-neuf.
Un samedi, notre jour de la semaine, mais ce samedi, je m’en souviens. Un samedi pluvieux, le samedi des aveux, le samedi des adieux. Son corps collé contre le mien après la nuit idyllique que nous venons de passer, la première, la dernière, mais la vie ne nous a pas prévenus. Mes lèvres se posent sur son front chaud, tandis qu’elle se colle un peu plus contre moi en ouvrant délicatement ses yeux. « Bonjour. » Ma voix est faible, paisible. Jade sourit délicatement et referme les yeux. « J’ai bien dormi, peu, mais tellement bien. » Je souris à mon tour en pensant à notre nuit, pendant que Jade se rendort peu à peu. Les heures passent, Jade dort, alors que moi que je m’éveille peu à peu. Je me lave, m’habille, boit un café.

Lorsqu’arrive onze heure du matin, je remonte à nouveau dans la chambre afin de réveiller Jade qui à ma surprise, m’attend sur le rebord de la fenêtre. Je souris en m’approchant d’elle. « Tu pars déjà. » Je baisse un instant les yeux. Ses mains s’entourent autour de mon visage tandis que ses lèvres retrouvent les miennes. Je ferme les yeux à nouveau, afin de profiter de l’instant comme ci il s’agissait du dernier, sans même savoir que c’était le cas. « Mes parents sont pas au courant que j’étais chez toi cette nuit. » J’ouvre les yeux, visiblement étonnée de cette révélation, et me sentant un peu comme une hors la loi. La famille de Jade a des principes que je ne comprend pas toujours, comme celui de ne jamais dormir chez un garçon, même si pour Jade ça ne risque pas d’arriver. Je fronce un instant les sourcils alors qu’elle poursuit ses paroles. « Je vais leur parler de nous. C’est le moment. » Elle me sourit, m’embrasse une dernière fois, puis saute de la fenêtre afin de partir en passant par le jardin, sans même croiser mes parents. Je me souviens de ce samedi.

Wellington, quatorze décembre deux-mil-neuf.
Et puis un lundi, un lundi comme un autre, un lundi maussade, un lundi solitaire, un lundi sans toi. Je me souviens de ce lundi quatorze septembre où tu n’es pas venu en cours, où les professeurs m’ont demandé pourquoi tu n’étais pas là. J’en savais rien, j’en savais pas plus. Plus de nouvelles de toi depuis ce samedi douze, ce samedi pluvieux. Et puis les larmes lorsque j’ai compris, compris que tes parents étaient la cause de ton départ. Je me souviens encore des paroles de Corentin ce lundi après-midi. Il parait qu’elle a déménagé en urgence à cause d’un mec. Et puis le tu connais ses parents, et puis mes larmes coulant sur mon visage quand j’ai compris. Quand j'ai compris que le mec, c'était moi. Rapidement j’ai compris que ton homosexualité n’avait pas été acceptée, et que je l’avais été encore moins. Tes parents, à l’autre bout du monde, toi avec eux, moi sans toi, seule, ici, sur une île, toi dans une grande ville. Je me souviens de ce lundi, ce lundi où tu n’es jamais revenu, de ce premier lundi sans ta présence, de ce premier lundi où ta ligne téléphonique a été coupée, de ce lundi où j’ai compris. Où j’ai compris que les différences étaient de grandes faiblesses. Où j’ai compris que ça ne servait à rien d’être honnête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
 
story of ruby
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I'm awesome. TRUE STORY
» M&M's Story
» Secret Story Rpg (toutes les saisons)
» Critique : It's Kind of a Funny Story
» The Cursed Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sheepirl, test :: story of my life-
Sauter vers: