AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 story of phoebe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: story of phoebe   Dim 22 Jan - 18:26


Phoebe Winchester
nom winchester, une famille vraiment vachement cool. prénom(s) moi c'est phoebe. un prénom mondialement connu, et je l'aime bien. naissance il y a vingt-huit ans, un dix-huit novembre. lieu de naissance angleterre. statut civil célibataire, mais c'est compliqué. je viens de quitter mon petit-ami après une fausse couche, et ma première petite-amie vient de revenir dans ma vie. clairement, c'est la merde en ce moment. orientation bisexuelle affirmé, même si j'ai plutôt un penchant pour les femmes. profession policière, un rêve de toujours. je ne sais pas trop d'où ça vient, mais c'est assez drôle. je travaille dans le service de protection des mineurs, et j'en vois passer des cas difficiles. mon métier, c'est ma passion. groupe  workin' day and night.


❇ ❇ ❇
je suis née en angleterre, mais je n'y ai pas beaucoup vécu, j'ai grandi ici à island bay. ma mère est une ancienne mannequin, reconverti en femme au foyer. j'aime pas trop cette situation très stéréotypée, mais bon je n'y peux rien. › je suis fille unique, même si l'absence d'un frère ou d'une soeur se fait souvent ressentir en ce moment. ce statut me vaut d'être très proche de ma mère, peut être même un peu trop parfois. je la considère plus comme une copine qu'une mère parfois. › je suis hyperactive, et j'ai eu souvent des remontrances à l'école à cause de ça. je suis d'ailleurs sous traitement depuis plus de vingt-ans maintenant, et je le vis bien maintenant. › ma bisexualité est naturelle chez moi, même si j'ai plus en penchant pour les femmes, blondes de préférences. je l'assume entièrement, même si c'est parfois difficile d'en parler. c'est tellement naturel et difficile à expliquer. › ma première petite-amie, c'était margaret, ou maggie, ma meilleure amie quand j'étais ado. elle a découvert son homosexualité grâce à moi, et notre relation a rapidement tourné vers l'amour. nous avons vécu l’idylle pendant deux mois. puis elle l'a annoncée à ses parents, et je ne l'ai plus jamais revu. › après elle, je n'ai pas eu d'autres petites amies sérieuses. comme si maggie était encore là, quelque part, et que notre relation allait reprendre d'un jour à l'autre. › une de mes cousines à été enlevée à l'âge de six ans, en angleterre. retrouvée deux ans plus tard, je garde des souvenirs étranges et flous de cette période. je me souviens encore quand elle est arrivée à island bay. j'adore beth, et nous sommes très proches toutes les deux. › si je suis policière, ce n'est pas pour rien. l'enlèvement de ma cousine a été une sorte de vocation pour moi. le fait de travailler dans le service de protection infantile est un choix. faute d'avoir réussi à devenir juge, cette fonction m'aide à me sentir utile, et à sauver des vies parfois. › je suis très investie dans mon travail, peut être même un peu trop. il n'est pas rare que je reste la nuit pour bosser sur un dossier, ou même de revenir travailler pendant mes congés obligatoires. cette raison est d'ailleurs une raison de la fin de mon couple. en effet, je sors d'une relation de deux ans. si nous étions heureux, ma fausse couche il y a quelque mois a tous foiré. je n'étais même pas au courant que j'étais enceinte, et je peux vous dire que se voir perdre une vie dans les toilettes c'est traumatisant. nous nous sommes quittés, d'un accord commun il y a un mois. › maggie, ma première petite amie vient de débarquer en ville. je l'ai reconnu l'autre soir, à un bar lors d'un pot de départ du commissariat. j'ai trouvé son adresse dans l'annuaire, mais je n'ose pas la recontacter. ça fait onze ans que je ne l'ai pas revu. › je suis très sportive, et mon hyperactivité doit jouer. en effet, déjà petite, j'adorais le sport, et cela ne m'a jamais quitté. je fais du crossfit, et un footing tous les soirs en quittant du travail. je fais également de la boxe depuis cinq ans. faire du sport me permet de me défouler, et de faire le vide de mes émotions. › je suis propriétaire d'une maison dans le centre de la ville depuis deux ans. être propriétaire me permet de nombreux avantages, dont celui d'accueillir régulièrement des touristes chez moi dans les chambres en trop. j'aimerais d'ailleurs adopter sous peu, afin de rendre ma maison un peu moins vide et beaucoup plus joyeuse. › j'ai un chien d'un an qui est avec moi au quotidien. il dort la journée au boulot, me surveille pendant ma douche. ce chien, c'est limite comme ci on était en couple. si un homme débarque à la maison, c'est lui qui doit donner son approbation. si il ne le sent pas, je comprend rapidement que l'homme n'est pas fait pour moi. il adore les femmes, et ça n'a jamais posé de soucis avec elle. › j'aime voyager. pour moi, voyager procure un plaisir tellement intense, et les courtes évasions que j'ai pu me permettre m'ont faites le plus grand bien. cependant, ça fait un moment que je n'ai pas pris l'avion, et l'australie me fait de l'oeil depuis quelque temps. › je songe de plus en plus à devenir mère d'accueil. les cas que je vois passer à mon travail me font de plus en plus mal au coeur, et j'aimerais me sentir encore plus utile en les acceuillant chez moi.
http://troublehelpers.tumblr.com/post/63210833180/as-requested-heres-350-smallmedium-hq-gifs-of


Dernière édition par Dieu le Mer 25 Jan - 17:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: Re: story of phoebe   Mer 25 Jan - 16:38

Je me souviens d’elle comme si elle était encore à mes côtés. Je me souviens de ses sourires, de son rire atypique, de ses dents digne d’une pub Oral B, de ses longs cheveux, de ses yeux, de ses lèvres aussi douce que celle d’un bébé. Maggie, c’était la perfection, un ange sur terre, elle était jolie, elle était gentille, mais avant tous, je l’aimais. Je me souviens de notre premier baiser, un baiser hésitant, mais un baiser vrai, pur, profond de sentiment. Je me souviens de notre dernier baiser. Plein d’espoir, attendant celui d’après. Il n’arrivera jamais.


Island Bay, 3rd July, eleven years ago.
Cette soirée là, je m’en souviens, celle d’une nuit chaude, le début des vacances, le début de notre relation. J’étais allongée dans l’herbe fraiche du jardin, et j’attendais Maggie comme le saint Graal. Elle devait arrivée d’une minute à l’autre, et je m’étais fais jolie pour l’occasion. Robe plutôt courte, de couleur bleu comme elles me vont à ravir, les cheveux tressés comme lors des dîners de famille. Je fermais les yeux, en espérant que les aiguilles de ma montre avance le temps. Puis ses lèvres sur les miennes, brulantes d’amour, brulantes de sentiments, d’émotions. Mes yeux s’ouvrent peu à peu, me laissant apercevoir son visage au dessus du mien. Nos lèvres ne se détachent pas et restent collés entre elles, comme des aimants. Nous savourons le moment une minute, puis deux, puis dix, puis vingt. Maggie glisse à côté de moi au bout de vingt-minutes intenses, et je me tourne vers elle, attrapant sa fine main dans la mienne. « Tu m’as manqué. Deux heures sans toi, c’est trop. » Elle rit, de son rire enivrant, de son rire amusant. Puis elle se tourne à nouveau vers moi. « Je crois en fait, que je t’aime. » Elle baisse les yeux, et je devine dans sa voix qu’elle ne voulait pas me le dire. Trois semaines déjà que nous nous posons des questions dès que nous nous voyons, et voici maintenant la réponse. Je l’embrasse, afin d’officialiser ses paroles. Les actes valent mieux que les paroles.

Wellington, 10th September, eleven years ago.
Un samedi, notre jour de la semaine, mais ce samedi, je m’en souviens. Un samedi pluvieux, le samedi des aveux, le samedi des adieux. Son corps collé contre le mien après la nuit idyllique que nous venons de passer, la première, la dernière, mais la vie ne nous a pas prévenus. Mes lèvres se posent sur son front chaud, tandis qu’elle se colle un peu plus contre moi en ouvrant délicatement ses yeux. « Bonjour. » Ma voix est faible, paisible. Maggie sourit délicatement et referme les yeux. « J’ai bien dormi, peu, mais tellement bien. » Je souris à mon tour en pensant à notre nuit, pendant que Maggie se rendort peu à peu. Les heures passent, Maggie dort, alors que moi que je m’éveille peu à peu. Je me lave, m’habille, boit un café.

Lorsqu’arrive onze heure du matin, je remonte à nouveau dans la chambre afin de réveiller Maggie qui à ma surprise, m’attend sur le rebord de la fenêtre. Je souris en m’approchant d’elle. « Tu pars déjà. » Je baisse un instant les yeux. Ses mains s’entourent autour de mon visage tandis que ses lèvres retrouvent les miennes. Je ferme les yeux à nouveau, afin de profiter de l’instant comme ci il s’agissait du dernier, sans même savoir que c’était le cas. « Mes parents sont pas au courant que j’étais chez toi cette nuit. » J’ouvre les yeux, visiblement étonnée de cette révélation, et me sentant un peu comme une hors la loi. La famille de Maggie a des principes que je ne comprend pas toujours, comme celui de ne jamais dormir chez un garçon, même si pour Maggie ça ne risque pas d’arriver. Je fronce un instant les sourcils alors qu’elle poursuit ses paroles. « Je vais leur parler de nous. C’est le moment. » Elle me sourit, m’embrasse une dernière fois, puis saute de la fenêtre afin de partir en passant par le jardin, sans même croiser mes parents. Je me souviens de ce samedi.

Wellington, 12th September, eleven years ago.
Et puis un lundi, un lundi comme un autre, un lundi maussade, un lundi solitaire, un lundi sans toi. Je me souviens de ce lundi quatorze septembre où tu n’es pas venu en cours, où les professeurs m’ont demandé pourquoi tu n’étais pas là. J’en savais rien, j’en savais pas plus. Plus de nouvelles de toi depuis ce samedi douze, ce samedi pluvieux. Et puis les larmes lorsque j’ai compris, compris que tes parents étaient la cause de ton départ. Je me souviens encore des paroles de Sawyer ce lundi après-midi. Il parait qu’elle a déménagé en urgence à cause d’un mec. Et puis le tu connais ses parents, et puis mes larmes coulant sur mon visage quand j’ai compris. Quand j'ai compris que le mec, c'était moi. Rapidement j’ai compris que ton homosexualité n’avait pas été acceptée, et que je l’avais été encore moins. Tes parents, à l’autre bout du monde, toi avec eux, moi sans toi, seule, ici, sur une île, toi dans une grande ville. Je me souviens de ce lundi, ce lundi où tu n’es jamais revenu, de ce premier lundi sans ta présence, de ce premier lundi où ta ligne téléphonique a été coupée, de ce lundi où j’ai compris. Où j’ai compris que les différences étaient de grandes faiblesses. Où j’ai compris que ça ne servait à rien d’être honnête.

Wellington, three month ago.
La voiture de police roule à toute vitesse, tandis que je regarde la route défiler. Aujourd’hui, ça fait une semaine. Une semaine que nous attendons le feu vert du procureur pour intervenir enfin dans une famille. Des mois que nous suivons cette famille, que nous avons des doutes sur la petite fille y vivant, des doutes sur le comportement du père face à la gamine. Aujourd’hui, la petite fille n’est pas venue à l’école. Aujourd’hui, la petite fille a été transportée à l’hôpital, dans un sale état, et l’hôpital a immédiatement appelé notre service. Cette petite fille, nous aurions pu la sauver avant cela, mais nous attendions le feu vert du procureur. Je soupire, tandis que mon coéquipier m’indique que nous arrivons enfin à l’hôpital. Nous descendons de la voiture, et montons directement à l’étage pédiatrique, nous le connaissons bien, peut être même un peu trop d’ailleurs pour des personnes qui n’ont même pas d’enfant. Je souffle, tandis qu’il me parle avant d’entrer. « Soit forte Phoebe. Je sais que tu es encore touchée par ce qu’il t’ai arrivée, mais je crois en toi. » Je lui souris. Samuel, c’est mon coéquipier depuis plus de trois ans, déjà. Tous les deux, on fait la paire, et on s’entend bien. Il me comprend, connait ma vie privée, peut être même un peu trop. Ma fausse couche encore récente, il est l’un des seul à prendre encore de mes nouvelles, après deux mois. Les autres sont repartis dans leur train train quotidien, et ne se soucient plus de leur pauvre coéquipière. Au fond, ce n’est pas important. Je le remercie, et lui tape sur l’épaule, une de nos habitudes. Nous entrons dans le service, et le médecin nous saute clairement dessus, en nous demandant de le suivre dans son bureau. Nous nous exécutons, et nous nous asseyons. Il s’adresse à nous, les traits serrés. « Je suis désolé. La petite Océane est décédée il y a une dizaine de minutes. » Mon cœur se resserre, et je vois Samuel soupirer. Nous avons l’habitude de ce genre de situation, mais nous ne nous y habituons toujours pas. Savoir qu’un enfant est mort dans de telles conditions fait toujours quelque chose. « Veuillez préciser s’il vous plait. Et envoyer déjà la demande d’autopsie en urgence, c’est comme ci notre supérieur était là. » Je regarde le médecin, mal à l’aise. En réalité, nous devons toujours attendre notre supérieur avant de demander une autopsie. Surtout dans un cas pareil, mais j’aimerais que ça s’accélère. Océane mérite bien ça. « Océane a été admise il y a une demi-heure dans un très sale état vous le savez. » Nous hochons la tête, et il poursuit. « Nous avons du la mettre sous respirateur. Il semblerait qu’elle ai subi une tentative d’étouffement. Elle était en arrêt cardio-respiratoire quand elle est arrivé. Nous avons essayé de la réanimer, mais elle est repartie juste après. Enfin c’est dans le dossier, ce n’est pas important, et ce n’est pas ce qui vous amène ici. » Nous secouons la tête. Savoir cela, c’est une chose, mais nous, ce qui nous intéresse, ce sont les preuves concrètes. L’homme en blouse blanche le comprend, et continue. « Comme je l’ai déjà dis, elle a été étouffé. Ce n’est pas tout. Son corps est couvert de contusions, à un stade avancée, comme des plus récentes. Nous soupçonnons d’ailleurs une fracture de la clavicule. » Il reprend sa respiration, et nous aussi. Il poursuit. « Par ailleurs, cette petite a été abusée sexuellement, nous en sommes certains. Elle saignait, je vous épargne les détails. » Je le regarde, clairement destabilisé par ce qu’il vient de nous annoncer. Samuel aussi, l’est. Nous soupirons, tandis que le médecin nous propose d’aller voir la petite, ce que nous acceptons. Ce que nous verrons là bas est encore pire que les mots. Des images atroces, que nous voyons souvent. Parfois, nous pouvons les éviter, parfois non. C’est pour cela que j’aime mon travail. Il me permet d’éviter ce type de situation.



Dernière édition par Dieu le Mer 25 Jan - 22:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: Re: story of phoebe   Mer 25 Jan - 19:55

Code:
<center>
  <div class="fondadmin">
  <center><div class="titreadmin">phoebe winchester</div><div class="sep"></div><div class="soustitreadmin">en tuant le temps, on blesse l'éternité</div></center>
  <img src="http://68.media.tumblr.com/4dd61fd11c378a57f9bf8a4b1ddc25ed/tumblr_o0cmu8fzqr1s7rb74o2_250.gif" class="imgpresa" align="right" /><div class="infos"><lov>nom ›</lov> winchester, un nom qui se porte fort dans mon coeur. j'aime ma famille, et je suis fière d'en faire partie. <lov>prénoms ›</lov> phoebe, je n'ai qu'un seul prénom, et je l'apprécie assez bien. c'est courant, mais une comme quoi, on en croise pas deux. <lov>âge ›</lov> vingt-huit ans, j'approche difficilement de la trentaine. <lov>lieu de naissance ›</lov> l'angleterre, avec ses bus à étages et ses volants à droite. <lov>statut civil ›</lov> en fait, c'est compliqué. je viens de quitter mon petit-ami suite à une fausse couche, mais ma première petite-amie vient de revenir en ville. je suis paumée. <lov>orientation sexuelle ›</lov> bisexuelle affirmée, j'aime autant les hommes que les femmes, voire plus les femmes. <lov>métier/études ›</lov> policière, une vocation devenue uen réalité. je travaille dans le service de la protection infantile, et c'est vraiment horrible, parfois. mon métier, c'est ma passion.<lov>groupe ›</lov> workin' day and night. <lov>avatar choisi ›</lov> jenna louise coleman. </div>
  <center><div class="titreadmin2">les informations en vrac</div><div class="sep"></div></center>
je suis née en angleterre, mais je n'y ai pas beaucoup vécu, j'ai grandi ici à island bay. ma mère est une ancienne mannequin, reconverti en femme au foyer. j'aime pas trop cette situation très stéréotypée, mais bon je n'y peux rien. › je suis fille unique, même si l'absence d'un frère ou d'une soeur se fait souvent ressentir en ce moment. ce statut me vaut d'être très proche de ma mère, peut être même un peu trop parfois. je la considère plus comme une copine qu'une mère parfois. › je suis hyperactive, et j'ai eu souvent des remontrances à l'école à cause de ça. je suis d'ailleurs sous traitement depuis plus de vingt-ans maintenant, et je le vis bien maintenant. › ma bisexualité est naturelle chez moi, même si j'ai plus en penchant pour les femmes, blondes de préférences. je l'assume entièrement, même si c'est parfois difficile d'en parler. c'est tellement naturel et difficile à expliquer. › ma première petite-amie, c'était margaret, ou maggie, ma meilleure amie quand j'étais ado. elle a découvert son homosexualité grâce à moi, et notre relation a rapidement tourné vers l'amour. nous avons vécu l’idylle pendant deux mois. puis elle l'a annoncée à ses parents, et je ne l'ai plus jamais revu. › après elle, je n'ai pas eu d'autres petites amies sérieuses. comme si maggie était encore là, quelque part, et que notre relation allait reprendre d'un jour à l'autre. › une de mes cousines à été enlevée à l'âge de six ans, en angleterre. retrouvée deux ans plus tard, je garde des souvenirs étranges et flous de cette période. je me souviens encore quand elle est arrivée à island bay. j'adore beth, et nous sommes très proches toutes les deux. › si je suis policière, ce n'est pas pour rien. l'enlèvement de ma cousine a été une sorte de vocation pour moi. le fait de travailler dans le service de protection infantile est un choix. faute d'avoir réussi à devenir juge, cette fonction m'aide à me sentir utile, et à sauver des vies parfois. › je suis très investie dans mon travail, peut être même un peu trop. il n'est pas rare que je reste la nuit pour bosser sur un dossier, ou même de revenir travailler pendant mes congés obligatoires. cette raison est d'ailleurs une raison de la fin de mon couple. en effet, je sors d'une relation de deux ans. si nous étions heureux, ma fausse couche il y a quelque mois a tous foiré. je n'étais même pas au courant que j'étais enceinte, et je peux vous dire que se voir perdre une vie dans les toilettes c'est traumatisant. nous nous sommes quittés, d'un accord commun il y a un mois. › maggie, ma première petite amie vient de débarquer en ville. je l'ai reconnu l'autre soir, à un bar lors d'un pot de départ du commissariat. j'ai trouvé son adresse dans l'annuaire, mais je n'ose pas la recontacter. ça fait onze ans que je ne l'ai pas revu. › je suis très sportive, et mon hyperactivité doit jouer. en effet, déjà petite, j'adorais le sport, et cela ne m'a jamais quitté. je fais du crossfit, et un footing tous les soirs en quittant du travail. je fais également de la boxe depuis cinq ans. faire du sport me permet de me défouler, et de faire le vide de mes émotions. › je suis propriétaire d'une maison dans le centre de la ville depuis deux ans. être propriétaire me permet de nombreux avantages, dont celui d'accueillir régulièrement des touristes chez moi dans les chambres en trop. j'aimerais d'ailleurs adopter sous peu, afin de rendre ma maison un peu moins vide et beaucoup plus joyeuse. › j'ai un chien d'un an qui est avec moi au quotidien. il dort la journée au boulot, me surveille pendant ma douche. ce chien, c'est limite comme ci on était en couple. si un homme débarque à la maison, c'est lui qui doit donner son approbation. si il ne le sent pas, je comprend rapidement que l'homme n'est pas fait pour moi. il adore les femmes, et ça n'a jamais posé de soucis avec elle. › j'aime voyager. pour moi, voyager procure un plaisir tellement intense, et les courtes évasions que j'ai pu me permettre m'ont faites le plus grand bien. cependant, ça fait un moment que je n'ai pas pris l'avion, et l'australie me fait de l'oeil depuis quelque temps. › je songe de plus en plus à devenir mère d'accueil. les cas que je vois passer à mon travail me font de plus en plus mal au coeur, et j'aimerais me sentir encore plus utile en les acceuillant chez moi.


  <center><div class="titreadmin2">les indiscrétions sur le joueur</div><div class="sep"></div></center>
  <div class="infos2"><lov>pseudo/prénom ›</lov> sheepirl, mais c'est mathilda pour vous, j'préfère. <lov>âge ›</lov> dix sept ans, bientôt dix-huit yeaaah  :heros: . <lov>pays/région ›</lov> france, bordeaux. <lov>présence ›</lov> toujours présente. <lov>comment as-tu connu island bay ›</lov> par la rea nationale  :leche: . <lov>scénario/inventé ›</lov> pré-lien de beth. <lov>raison de ton inscription ›</lov> je vous aime trop en fait, je me sens trop bien ici. <lov>dernier mot d'amour ›</lov> merci d'accepter ma schizophrénie, j'suis trop contente  :amour:  :slip: . </div>
 
[code]<pris>jenna louise coleman ›</pris> phoebe winchester[/code]
        <br>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: Re: story of phoebe   Mer 25 Jan - 19:57

"Tu es le printemps, moi l'automne" - Charles Aznavour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: Re: story of phoebe   Mer 25 Jan - 19:58

http://68.media.tumblr.com/25d38213c436b4d3186b1e768f67db7a/tumblr_o0cmu8fzqr1s7rb74o3_250.gif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: story of phoebe   

Revenir en haut Aller en bas
 
story of phoebe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I'm awesome. TRUE STORY
» M&M's Story
» Secret Story Rpg (toutes les saisons)
» Critique : It's Kind of a Funny Story
» The Cursed Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sheepirl, test :: story of my life-
Sauter vers: