AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 rp : noemor 1 - m'habituer à ta présence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: rp : noemor 1 - m'habituer à ta présence    Mer 22 Fév - 20:52

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝ m'habituer à ta présence ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://66.media.tumblr.com/tumblr_m0vx6vGnkm1r5tdn1.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> Le temps passe vite, et d’autant plus vite depuis que je sais que je suis malade. Ça tourne dans ma tête, j’essaie de comprendre pourquoi ça m’est tombé dessus. Je n’ai que 56 ans, trois enfants, un mari que je vais abandonner, sans compter la petite Maïly qui a besoin de moi. Que va-t-elle devenir lorsque je ne serai plus là. Et mes enfants ? Et Cassiopée qui vit encore à la maison et de qui je suis encore si proche. Je ne sais pas quand cette maladie m’emportera, mon neurologue dit que je me rendrai compte des paliers, que ça va se dégrader progressivement. C’est assez aléatoire en fonction des personnes, il dit que je pourrai partir dans quelques mois, comme dans un an ou deux. Mais il n’a pas dit plus que ça. C’est étrange de se dire que sa vie s’arrêtera bientôt sans qu’on ne puisse rien n’y faire. Pour le moment, je ne me sens pas d’en parler à ma famille, je veux rester la même, tant que je peux le cacher. Je ne sais pas comment leur annoncer cette nouvelle, et j’ai beaucoup trop peur qu’ils soient différents avec moi. Mes journées se ressemblent, je les partage entre mon travail et la maison où je m’occupe de ma famille, ou du moins la partie qui se trouve encore à la maison. Autrement dit mon mari, ma fille Cassiopée qui vit encore ici en alternance, Maïly ma filleule de 2 ans et demi, et Noemi, la jeune fille au pair que nous avons embauchée pour s’occuper de la petite Maïly. J’avais réussi à me débrouiller avec mes horaires, mon emploi du temps, la maison et la petite fille, mais je sens que tout ça va beaucoup trop vite et j’ai convaincu Philip d’employer une jeune femme de confiance pour prendre soin de Maïly pendant que je ne suis pas là.

Cette semaine, Cassiopée est en vacances chez une de ses amies et Philip a beaucoup de travail. Il est près de vingt heures quand je mets un pied à la maison ce soir. Je suis exténuée et une migraine est en train d’arriver. Maïly court dans le salon pour me sauter dessus, elle est nue. Je fronce un peu les sourcils mais la récupère dans mes bras puisqu’elle me tend les siens. Perchée sur mes talons haut, je fais quelques pas avec la petite fille contre moi. [color=#9999ff]« Qu’est-ce que tu fais toute nue petite canaille ? »[/color] [color=#cc9999]« C’était la douche avec Nono ! »[/color] J’avance vers le couloir qui mène à la salle de bain du rez-de-chaussée et la jeune femme blonde en sort en s’essuyant le visage, son t-shirt blanc est carrément trempé et en est devenu transparent. [color=#9999ff]« Accident de salle de bain ? »[/color] [color=#cc9999]« Nono a tout éclaboussé partout ! »[/color] [color=#9999ff]« Oh, voyez-vous ça… » [/color]J’arque un sourcil en regardant la jeune femme, comme pour lui demander des explications. Elle est ici depuis quelques jours déjà, et ça se passe plutôt bien, Maïly a l’air de l’apprécier, c’est pour moi le plus important. Mais j’ai besoin d’ordre, et de propreté. Je sais que c’est plus difficile avec un enfant en bas âge, mais elle est censée savoir gérer ça, elle a travaillé pendant plusieurs années pour un couple d’amis à moi. Ce qui me perturbe avec Noemi, c’est son côté extraverti, dévergondé. Elle est joyeuse, certes, elle sourit tout le temps, rit pour rien, s’amuse de tout. C’est parfait pour les enfants. Finalement, je crois qu’une partie de moi l’envie, mes enfants auraient sûrement préféré que je sois comme Noemi lorsque je les ai élevés.[/quote]


Dernière édition par Mathilda le Mer 29 Mar - 18:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: Re: rp : noemor 1 - m'habituer à ta présence    Mer 22 Fév - 20:57

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝ m'habituer à ta présence ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://68.media.tumblr.com/5ea314044dff5c5228f16f86c45afec9/tumblr_o1ra87Vkgv1r98mn3o2_r1_250.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> Etre fille au pair, c’est rapidement devenu une évidence il y a dix ans bientôt. J’ai commencée en étant jeune, presque sans expérience, mais mon bon feeling avec les jeunes enfants jouent pour beaucoup dans ma réussite, et je suis aujourd’hui une fille au pair de renommée dans la région. J’ai quitté ma première famille il y a quelques mois seulement, et mon dieu, les demandes d’embauches ont été plus que nombreuses, et j’ai longtemps hésité avant d’en accepter une. Partagé entre le fait d’avoir un jour un appartement à moi, où je pourrais baiser sans risquer de réveiller la famille, et l’autre par le fait d’être nourri, logé, et blanchi. Clairement, c’est le bon truc d’être fille au pair, ça paye plutôt bien, et puis on a pas vraiment de frais supplémentaires, et c’est assez cool. Ce serait mentir de dire que je fais ce métier, si on considère ça comme un métier, seulement par passion. Oui j’aime m’occuper de gamins, les voir grandir, mais bon sang, ça paye bien, et ça, c’est un plus quand même. C’est ainsi que j’ai rencontré les Manning, grâce à mon tuyaux de bonne fille au pair, dans les deux sens du terme, puis car ils sont des amis de mon ancienne famille, qui m’adorait tant. Ca m’a foutu le baume au cœur de les quitter, mais bon, ainsi va la vie, et la petite dernière arrivait à se débrouiller seule maintenant, alors je n’étais plus utile. Dès le départ, le courant était bien passé avec les Manning, autant avec les parents, ou du moins les tuteurs, et la petite dernière dont je devais m’occuper, Maïly. Cette gamine, elle était à peine âgée de deux ans et demi, et nous faisions la paire toutes les deux. Un lien déjà très fusionnel nous unissait, peut-être même un peu plus fort qu’un simple lien entre l’enfant et sa nourrice.

Alors que je suis en train de parler à une fille sur un site de rencontre, la petite Maïly se met à pleurer, et je me lève d’un bond pour aller voir ce qu’il se passe. J’entre dans sa chambre en souriant, mais n’allume pas la lumière, la veilleuse illumine assez sa chambre. Ca pue là dedans, et je comprend rapidement ce qu’il se passe, et attrape Maïly dans mes bras. Elle a fait caca, et bon sang, j’ai bien l’impression que ça a traversé la  couche, son pyjama est trempé de partout. Elle pleure encore, et je lui caresse les cheveux pour la rassurer.[color=#ff6666] « C’est pas grave chaton, on va aller prendre un bain. »[/color] Je lui souris, et je pars en direction de la salle de bain, pour laver la petite, et mon dieu, j’ai jamais vu ça ! Elle en a vraiment partout. Les fesses posées sur le rebord de la baignoire, je termine de laver les cheveux à la petite en rigolant. Elle éclabousse, et rapidement, ça se termine en une espèce de bataille d’eau dans la salle de bain, et je suis clairement trempée, et je sors la petite de la baignoire quand j’entend la porte claquer. Je n’ai même pas le temps de dire ouf, que déjà, Maïly est bien loin de la salle de bain, et je comprends rapidement qu’elle est partie rejoindre Eleanor, et je continue de rire, seule, avant de grimacer en regardant l’état de la salle de bain. Il y a de l’eau partout, je suis trempée, et mon tshirt blanc laisse maintenant la place à un aperçu bien prononcé de ma poitrine, sans soutien gorge vu l’heure. Et je ne parle pas de ma culotte, qui est complètement trempée aussi. J’attrape rapidement une autre couche, et le peignoir en forme de lapin de la petite avant de me diriger vers le salon en m’essuyant la tête. Je retrouve Eleanor et Maïly dans ses bras dans le couloir, et j’adresse un sourire amical à la vieille. [b]« Accident de salle de bain ? »[/b] Je rigole un peu, mais je n’ai pas le temps de répondre, que déjà, Maïly explique que j’ai éclaboussé de partout. Ouais bon, en vrai, c’est pas vraiment ça. [b]« Oh, voyez-vous ça… »[/b] Je passe une main dans mes cheveux, et m’approche un peu d’elles pour mettre le peignoir sur les épaules de la petite, qui est encore humide, pour éviter qu’elle n’ai froid. Je me passe la main dans les cheveux. [color=#ff6666]« Je pense qu’il va falloir laisser la porte ouverte de la salle de bain cette nuit, on a foutu de l’eau partout, tellement que je me suis cru dans le jardin en plein été ! »[/color] Je rigole, et la petite m’accompagne, et me tend les bras en rigolant. Je l’attrape rapidement, lui enfile sa couche culotte, et lui ferme bien le peignoir avant de la reposer par terre, et elle continue de courir partout, comme à son habitude. Je regarde Eleanor en rigolant, puis descend ma tête sur ma poitrine, un peu trop visible à son gout j’imagine. [color=#ff6666]« J’imagine que votre poitrine tombe maintenant, ça doit être difficile d’en voir une comme la mienne. »[/color] Je la regarde, rigole à nouveau, et me racle la gorge, en me souvenant de qui j’ai en face de moi. Cette femme est tous sauf drôle, en fait, elle est presque froide. Je surveille Maïly de loin, et tourne à nouveau la tête vers Eleanor, pour lui donner des explications plus rationnelles. [color=#ff6666]« Ca a débordé de la couche, alors je lui ai fait prendre un bain. Et ça a un peu mal tourné, mais elle était si contente. » [/color]Je lui adresse un grand sourire, histoire de faire mieux passer la nouvelle.


Dernière édition par Mathilda le Mer 29 Mar - 18:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Vicky

avatar

Messages : 30
Activité : 36
Date d'inscription : 22/02/2017

MessageSujet: Re: rp : noemor 1 - m'habituer à ta présence    Mer 22 Fév - 23:51

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝ m'habituer à ta présence ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://66.media.tumblr.com/tumblr_m0vx6vGnkm1r5tdn1.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> Sur le moment, je ne fais pas tellement attention à l’heure. Il n’est pas très tard, mais pas trop tôt non plus. Je ne calcule pas directement qu’à cette heure-ci, Maïly devrait déjà avoir pris son bain depuis un moment, et devrait même être dans son lit en train de commencer sa nuit. J’ai toujours été à cheval sur les horaires pour une éducation qui se voulait parfaite. Aujourd’hui je suis encore sur le dos de ma petite dernière, Cassiopée, qui va pourtant bientôt faire ses 23 ans. Je me retrouve face à Noemi, en petite tenue simplement vêtue d’une culotte et d’un t-shirt transparent sans rien en dessous. Autant se trimballer nue tant qu’on y est, ça ne changera pas grand chose. Heureusement que mon fils n’est pas à la maison pour voir ça, il deviendrait fou. Et j’ose espérer que la jeune femme se serait couverte si ça avait été mon mari qui rentrait à cette heure-ci. Je n’ai aucune idée de s’il serait du genre à me tromper, mais quel homme ne serait pas du genre à fantasmer sur une jeune femme de 25 ans aussi bien faite qu’elle. Je sais au moins le reconnaître, même si clairement son attitude légèrement je-m’en-foutiste risquera de me taper sur les nerfs dans les jours à venir si elle ne fait pas quelques efforts pour s’acclimater. J’essaie de rester concise et lui demande vaguement ce qui a pu se passer quand je la vois arriver avec le peignoir de Maïly et une couche propre. Mais avant même qu’elle n’ait eu le temps de dire quoi que ce soit, la petite crapule vend la peau de sa nouvelle nounou avec visiblement beaucoup d’amusement. Noemi entoure le corps frêle et encore humide du bébé tout en me donnant ses explications. [color=#ff6699]« Je pense qu’il va falloir laisser la porte ouverte de la salle de bain cette nuit, on a foutu de l’eau partout, tellement que je me suis cru dans le jardin en plein été ! »[/color] Je soupire n peu d’agacement et lève les yeux au ciel alors qu’elles se mettent à rire toutes les deux. Moi ça ne me fait pas tellement rire. Qui va se retrouver à éponger les bêtises ? Comme si je n’avais que ça à faire… Maïly tend ses bras vers Noemi, cette dernière récupère l’enfant, lui enfile sa couche et la pose par terre après s’être assuré qu’elle n’aurait pas froid dans son peignoir bien fermé. Je repose alors mon regard sur la blonde, croisant mes bras sur ma poitrine. [color=#ff6699]« J’imagine que votre poitrine tombe maintenant, ça doit être difficile d’en voir une comme la mienne. »[/color] J’écarquille les yeux, surprise et à la fois choquée par ce qu’elle vient de dire. Et elle se permet de rire de ses enfantillages. [color=#ff6699]« Ca a débordé de la couche, alors je lui ai fait prendre un bain. Et ça a un peu mal tourné, mais elle était si contente. »[/color] Je fronce les sourcils. [color=#9999cc]« Il va falloir qu’on discute de certaines choses jeune fille. Je te laisse aller la recoucher. Et fais-moi le plaisir d’enfiler quelque chose avant de revenir dans le salon s’il te plait. »[/color] Je lui parle comme je parle à ma fille lorsque je suis en colère. Mon ton est froid mais je ne m’emporte pas. Je ne m’emporte jamais. Maïly vient se coller à mes jambes pour jouer à cache-cache et je m’accroupis pour être à sa hauteur. [color=#9999cc]« Dis-donc crapule, je te trouve bien excitée. Tu as mangé des bonbons ce soir ? »[/color] Tout le monde sait que le sucre excite les enfants et leur redonne un regain d’énergie. Maïly secoue la tête à la négative, me voilà rassurée. Ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Je viens plaquer un baiser sur sa petite joue potelée et m’adresse à elle une dernière fois.[color=#9999cc] « Allez, au lit ma puce. Noemi va te mettre un pyjama tout propre. »[/color] Je me relève et les laisse partir en direction de la chambre de la petite fille alors que de mon côté, je file dans la cuisine pour me servir un verre de vin. Je l’ai bien mérité. Les minutes défilent et la jeune femme ne devrait plus tarder maintenant. J’ai deux ou trois choses à mettre au clair avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: Re: rp : noemor 1 - m'habituer à ta présence    Jeu 23 Fév - 9:44

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝ m'habituer à ta présence ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://68.media.tumblr.com/5ea314044dff5c5228f16f86c45afec9/tumblr_o1ra87Vkgv1r98mn3o2_r1_250.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> Je suis quelqu’un sans gênes, et parfois même un peu trop. Ma famille adoptive ne m’a pas éduqué comme ça, bien au contraire, mais cette part de mon caractère n’a jamais réussie à être retirée de moi. Déjà quand j’étais gamine, je n’avais pas la langue dans ma poche, et je ne réfléchissais pas avant de parler, avant d’agir aussi, je suis quelqu’un de tellement spontanée, que je n’ai pas le temps de réfléchir, que déjà, la chose est faite. Et ce caractère n’est pas accepté de  tous, et même si mon ancienne famille s’en fichait, ce n’est pas le cas de madame Manning, je le sais. Un simple bain qui termine en bataille d’eau géante dans la salle de bain, je savais que ça n’allait pas lui plaire, mais sur le moment, je n’ai pensé qu’à l’amusement, et bon sang, la petite était si contente ! Elle a déjà perdu ses parents, si en plus elle perd la joie de vivre, la pauvre, alors j’aimais la faire rire, la faire sourire, et qu’elle se sente à l’aise avec moi, c’était ça le plus important. J’étais très attachée à cette gamine, sans vraiment savoir pourquoi en fait. Son histoire m’avait touché, et l’idée qu’elle se retrouve avec une femme aussi froide qu’Eleanor me foutait des  frissons. Je ne dis pas qu’Eleanor est une mauvaise mère, mais bon sang, il faudrait qu’elle se détende un peu. Rapidement, je sens très bien que je risque de me faire rappeler à l’ordre, quand elle me demande des explications sur mon tshirt complètement humide, et l’excitation débordante de la petite fille, qui dormait encore il y a moins d’une heure. Maïly me vend, et je passe ma main dans mes cheveux, et explique la chose avec amusement, avant de prendre le bébé dans les bras, pour lui enfiler sa couche et son peignoir, avant qu’elle ne se remette à courir partout. Je la regarde faire en souriant, et reprend rapidement la parole, lui faisant la réflexion que sa poitrine tombante doit lui faire de la peine, comparée à la mienne, encore neuve, et bien bombée. Pour être honnête, je suis plutôt fière d’avoir une belle poitrine, ça aide pas mal en fait. Elle écarquille les yeux, et rapidement, j’explique ce qu’il s’est passé, en souriant. Maïly a fait caca, ça déborde, un bain, une bataille d’eau, mais de la joie, c’est ça le plus important pour moi. [b]« Il va falloir qu’on discute de certaines choses jeune fille. Je te laisse aller la recoucher. Et fais-moi le plaisir d’enfiler quelque chose avant de revenir dans le salon s’il te plait. » [/b]Je la regarde en soupirant. Elle est froide, mais sa colère ne se montre pas, c’est ça qui me surprend avec elle. L’idée d’enfiler quelque chose avant d’aller la voir, puis de discuter ne me dit rien de bon, mais j’acquiesce en hochant la tête, quand Maïly commence à jouer à cache cache dans les jambes de la vieille femme. [b]« Dis-donc crapule, je te trouve bien excitée. Tu as mangé des bonbons ce soir ? »[/b] Je lève les yeux au ciel, et soupire à nouveau. Elle me prend pour qui ? J’aime pas les bonbons, et je suis pas dingue pour en donner à une gamine de deux ans ! Bon, ok, des fois, j’ai envie de lui en donner pour lui faire plaisir, mais il n’y en a même pas ici, et j’imagine pas la tête de Manning si elle découvrait que j’en donne à la petite. Et puis elle n’en a pas besoin, elle est tellement excitée tous le temps, j’imagine même pas si en plus je lui donnais du sucre. [b]« Allez, au lit ma puce. Noemi va te mettre un pyjama tout propre. »[/b] Je souris, et m’accroupis pour attraper la petite, qui s’accroche à mon cou tandis que je repars en direction de la chambre. Elle cale rapidement sa tête dans ma nuque, et je lui caresse le dos, pour qu’elle se calme un peu. J’arrive rapidement dans sa chambre, et je lui enfile un nouveau pyjama, lui donne sa tétine et son doudou, et allume la veilleuse qui s’est éteinte le temps du bain. Je la dépose délicatement dans son lit, et embrasse tendrement son front. [color=#ff6666]« Bonne nuit ma puce. Fais de beaux rêves. »[/color] Elle est exténuée, et elle s’endort avant même que je n’ai quitté sa chambre. Je pars rapidement dans la mienne, pour retirer mes vêtements humides, et enfiler un sweat assez long, et un boxer. Mes jambes sont toujours nues, mais le sweatshirt cache l’essentiel, et il fait tellement chaud, qu’il est hors de question que j’enfile une couche supplémentaire. Je me recoiffe rapidement, et retourne en direction du salon où se trouve maintenant Eleanor. Je lui adresse un léger sourire, et j’imagine que je vais passer un mauvais quart d’heure. [color=#ff6666]« Me revoilà. Elle dort. Vous vouliez me parler ? »[/color] Je continue de sourire, et me balance d’une jambe à l’autre pour détendre l’atmosphère. Merde, je vais me faire engueuler, je le sens bien là.


Dernière édition par Mathilda le Mer 29 Mar - 18:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Vicky

avatar

Messages : 30
Activité : 36
Date d'inscription : 22/02/2017

MessageSujet: Re: rp : noemor 1 - m'habituer à ta présence    Jeu 23 Fév - 15:18

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝ m'habituer à ta présence ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://66.media.tumblr.com/tumblr_m0vx6vGnkm1r5tdn1.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> Je sais que mes amis sont plus laxistes que je le suis, et leur manière d’éduquer leurs enfants l’est aussi. Ils ne sont pas moins bien éduqués pour autant, tout est une question de point de vue. J’ai été élevée à la dure, j’estime avoir été moins dure avec mes enfants que mes parents l’ont été avec moi, et j’imagine qu’eux-même le seront moins encore avec leur progéniture. Toujours est-il que présentement, c’est encore moi qui dirige cette maison, et les règles qui y sont appliquées sont les miennes. Philip n’est pas souvent là et il se plie à mes règles comme le font la plupart des hommes avec leur femme, même si je le laisse à penser que c’est encore lui qui dirige sa petite famille. Foutaises. Assise sur le canapé, mon verre de vin entre mes doigts fins, je laisse le presque silence apaiser ma tête et cette foutue migraine qui ne cherche qu’à s’insinuer en moi. Je n’entends pas ce que Noemi peut bien raconter à Maïly, la chambre est à l’étage et celle de la jeune femme également. Il n’y a que la suite parentale au rez-de-chaussée. La tête en arrière reposant sur le dossier du canapé et les yeux clos, je me concentre sur ma respiration jusqu’à ce que j’entende quelques pas, des pieds nus. Cette enfant semble vivre pieds nus. Je réouvre les yeux et mon regard accroche sa silhouette. Elle a enfilé un sweat-shirt mais ses jambes longues et fines restent pourtant nues. J’en viens à me demander si elle n’a pas vécu dans une famille prônant le nudisme pour être aussi peu pudique. [color=#ff6666]« Me revoilà. Elle dort. Vous vouliez me parler ? »[/color] Je la regarde faire, elle s’agite sur ses propres jambes et me donne le tournis. Elle prend de la drogue ou quoi ? Je soupire très légèrement et le monte le fauteuil d’un geste du menton. [color=#9999cc]« Assied-toi. »[/color] Elle s’exécute et je me redresse pour venir poser mon verre de vin déjà à moitié vide sur la table basse, prenant soin de le déposer sur un sous-verre. Toujours. [color=#9999cc]« Je sais que Mickaël et Sandy n’ont pas la même manière de vivre que nous, ni même la même manière d’élever leurs enfants. J’ai confiance en toi, je sais que Maïly t’adore et c’est pour moi le point le plus important. Cependant, il y a quelques petites choses qui risquent à la longue de me mettre hors de moi, et je tiens à ce que tu y fasses attention. »[/color] Mon ton est toujours très neutre, linéaire. Il ne s’apparente en rien à la colère, pourtant, elle doit bien sentir que je ne suis pas dans une énergie dite ‘heureuse’.[color=#9999cc] « Premièrement, j’aimerai que tu prennes l’habitude de te vêtir un peu plus. J’estime que c’est une forme de respect que de ne pas vivre à moitié nue. »[/color] Je la regarde sans ciller et continue de mettre les points sur les i.[color=#9999cc] « Ensuite, j’aimerai vraiment que tu mettes un point d’honneur à l’ordre. Je suis très pointilleuse et j’aime que tout soit à sa place. Je sais que ce n’est pas toujours facile avec un enfant en bas âge à la maison, mais je m’en suis sorti à merveille avec mes trois enfants, et avec Maïly jusqu’à ce que tu arrives, je pense que ça ne devrait pas être trop compliqué que de faire attention à ne pas mettre le bazar partout, au moins pour quand je rentre du travail. »[/color] Je suis presque étonnée de la voir si silencieuse, à l’écoute, ça cache quelque chose ou je me fais des idées. [color=#9999cc]« Et pour finir, Maïly doit impérativement être mise au lit à 19h, je doute que ça ait été le cas ce soir vu l’énergie dans laquelle elle était quand je suis rentrée… »[/color] Je ne cherche pas à ce que Noemi me déteste, mais je ne cherche pas non plus à ce qu’elle m’adore. Je suis son employeur, elle doit se plier à mes règles et faire en sorte de ne pas me décevoir. C’est tout ce que je lui demande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: Re: rp : noemor 1 - m'habituer à ta présence    Jeu 23 Fév - 16:45

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝ m'habituer à ta présence ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://68.media.tumblr.com/5ea314044dff5c5228f16f86c45afec9/tumblr_o1ra87Vkgv1r98mn3o2_r1_250.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> J’apprécie les Manning, mais je dois avouer que mon ancienne famille était bien plus cool, moins cadrée, moins froide surtout. Il y avait une véritable ambiance familiale, que ce soit entre les parents, ou bien avec les enfants. Il faut dire que clairement, il y en avait plus, cinq, mais je n’avais a m’occuper que des deux derniers, des jumeaux dans le genre insupportable, et rien que pour ça, je préfère m’occuper de la petite Maïly, avec qui je peux me permettre d’être exclusive, mais surtout, elle est tellement adorable, si petite et à la fois si fragile. J’adore cette gamine, vraiment, et même si ça ne fait pas très longtemps que je suis ici, bah je me suis beaucoup attachée à elle, et je la plains d’être élevée dans une famille si stricte. Un peu comme les autres enfants d’ailleurs, la plus jeune, Cassiopée, je vois bien qu’elle joue un rôle chez elle, je ne suis pas dupe. Il faudra que je lui en parle un jour d’ailleurs, car clairement, ça craint. Ce soir, ça a été un peu la fiesta dans la salle de bain, et quand Eleanor est rentrée, j’ai vu rapidement qu’elle n’était pas contente contre moi. Elle est chiante, je l’avoue, avec ses principes à la noix, trop stricte pour moi. Mais je l’écoute, car de toute façon, je fais ça pour Maïly. Mais dès qu’elle a le dos tourné, hop. Je pars recoucher la petite fille, l’embrasse, et passe par ma chambre pour enfiler un sweatshirt long, et un nouveau boxer, avant de retourner dans le salon, où se trouve la vieille, verre à la main. Je lui annonce que la petite dort, puis m’agite un peu sur mes jambes, légèrement angoissée pour la suite de la conversation. Elle me montre le fauteuil avec mon menton. [b]« Assied-toi. » [/b]Je hoche la tête, et pars m’asseoir dans le fauteuil, et met mes jambes en tailleur, en prenant bien soin de cacher mon boxer, histoire de ne pas la rendre mal à l’aise. Elle est vraiment coincée quand même. Je la regarde déposer son verre sur la table, sur un sous-verre, et je lève les yeux au ciel. Trop de manières. [b]« Je sais que Mickaël et Sandy n’ont pas la même manière de vivre que nous, ni même la même manière d’élever leurs enfants. J’ai confiance en toi, je sais que Maïly t’adore et c’est pour moi le point le plus important. Cependant, il y a quelques petites choses qui risquent à la longue de me mettre hors de moi, et je tiens à ce que tu y fasses attention. » [/b]Je souris un peu, discrètement. Le fait de voir qu’elle sait que Maïly m’adore me rassure, et me réconforte un peu. Au moins, c’est un bon point pour la suite. Sa dernière phrase me fait un peu frissonner, et elle poursuit. [b]« Premièrement, j’aimerai que tu prennes l’habitude de te vêtir un peu plus. J’estime que c’est une forme de respect que de ne pas vivre à moitié nue. » [/b]Je n’ose pas cligner des yeux, et la regarde, en l’écoutant calmement. Pour les vêtements, je peux faire quelque chose, mais on est en été, je ne vais quand même pas mettre de pantalons, elle est folle elle. Au pire, un short et un débardeur. [b]« Ensuite, j’aimerai vraiment que tu mettes un point d’honneur à l’ordre. Je suis très pointilleuse et j’aime que tout soit à sa place. Je sais que ce n’est pas toujours facile avec un enfant en bas âge à la maison, mais je m’en suis sorti à merveille avec mes trois enfants, et avec Maïly jusqu’à ce que tu arrives, je pense que ça ne devrait pas être trop compliqué que de faire attention à ne pas mettre le bazar partout, au moins pour quand je rentre du travail. »[/b] Je ne prends toujours pas la parole, l’écoutant, silencieuse. Mes doigts jouent ensembles, pour passer le temps. Je suis quelqu’un d’assez bordélique, je l’avoue, mais je fais quand même attention de ne pas tous faire laisser trainer. Bon, d’accord, c’est pas forcément carré partout, mais c’est pas grave ! [b]« Et pour finir, Maïly doit impérativement être mise au lit à 19h, je doute que ça ait été le cas ce soir vu l’énergie dans laquelle elle était quand je suis rentrée… »[/b] Je la regarde en soupirant. Je le sais ça, et Maïly était au lit depuis dix-huit heure trente, elle était fatiguée. Elle n’a pas fait de sieste cet après-midi, et je lui ai donné à manger tôt, et je l’ai couché tôt en conséquence. Je ne sais pas si cette femme a vraiment eu des enfants en bas âge un jour, enfin c’est logique, mais ça s’excite vite un gamin ! Et puis Maïly est toujours super contente quand Eleanor rentre et qu’elle ne dort pas, alors. Je fais craquer mon dos, et décide de reprendre enfin la parole, mais je ne sais pas trop quoi dire. En fait, je ne voudrais pas la brusquer, et me faire virer. [color=#ff6666]« Ecoutez, Eleanor, je respecte votre façon de penser, mais pour être honnête, je peux faire un effort sur mes vêtements mais pas trop non plus. Il fait super chaud la journée, et enfiler un jean c’est juste pas possible, et Maïly est trempée dès que je l’habille un peu trop, qu’elle se contente d’un body et d’une petite jupe depuis quelques jours, je ne vois pas pourquoi je devrais me couvrir plus. Je ne suis pas à moitié nue, et puis tant bien même que je l’étais… »[/color] Ca ne devrait pas poser problème. Bon, ok, je ne termine pas ma phrase, mais je le pense très fort. Je décide de revenir rapidement sur la propreté. [color=#ff6666]« Pour le bazar, franchement, je ne vois pas de quoi vous voulez parler. Bon, ok, le placard des casseroles n’est pas toujours en ordre, mais je fais toujours attention. Mais bon, ne venez pas dans ma chambre quand même. »[/color] Je rigole un peu, puis m’arrête d’un coup, ne voulant pas me faire encore engueuler. Je ne sais pas vraiment si je dois me mêler de la relation qu’elle a avec sa filleule, mais là, je crois que c’est inévitable pour me justifier sur l’énergie de Maïly. [color=#ff6666]« Elle était au lit depuis 18h30. Sauf que comme je vous l’ai déjà expliqué, elle a été malade, et j’ai du la détendre, elle était en panique. Alors ok, peut-être que j’ai un peu abusé, mais faut se rendre à l’évidence, elle était si contente que vous soyez là avant d’aller au lit. »[/color] Je passe une main dans mes cheveux et penche ma tête.  Mes jambes s’agitent comme un papillon, nerveuse, et je décide de changer de position, et place une jambe sous mes fesses, et l’autre pend devant le fauteuil. J’espère simplement que cette vieille va pas encore faire son congélateur, c’est pas possible ça.


Dernière édition par Mathilda le Mer 29 Mar - 18:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Vicky

avatar

Messages : 30
Activité : 36
Date d'inscription : 22/02/2017

MessageSujet: Re: rp : noemor 1 - m'habituer à ta présence    Jeu 23 Fév - 22:44

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝ m'habituer à ta présence ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://66.media.tumblr.com/tumblr_m0vx6vGnkm1r5tdn1.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> Je suis étonnée de voir qu’elle ne bouge pas, elle reste là à me regarder sans rien dire. J’ai bien remarqué qu’elle avait un tempérament à être tout le temps énergique, à ne jamais savoir se poser. Une fois fini mes recommandations, je laisse un silence emplir la pièce, attendant de voir si elle a quelque chose à dire ou si elle acquiescera avant de partir sans rien dire. Mais comme je l’imaginais, la jeune femme a besoin de se justifier. Le contraire m’aurait étonné. [color=#ff6666]« Ecoutez, Eleanor, je respecte votre façon de penser, mais pour être honnête, je peux faire un effort sur mes vêtements mais pas trop non plus. Il fait super chaud la journée, et enfiler un jean c’est juste pas possible, et Maïly est trempée dès que je l’habille un peu trop, qu’elle se contente d’un body et d’une petite jupe depuis quelques jours, je ne vois pas pourquoi je devrais me couvrir plus. Je ne suis pas à moitié nue, et puis tant bien même que je l’étais… »[/color] Je fronce un peu les sourcils alors qu’elle vient d’interrompre sa phrase. S’il y a bien quelque chose que je déteste par dessus-tout, ce sont les gens qui ne terminent pas leurs phrases. Je serre très légèrement les mâchoires et me racle la gorge, avant de reprendre la parole, brièvement. [color=#9999ff]« Je ne te demande pas de comprendre Noemi, juste de respecter ma demande. »[/color] Je sais qu’elle est jeune, elle a ses convictions, elle pense ce qu’elle a envie de penser, sûrement que je suis une mégère et que je suis une vieille femme aigrie et malheureuse, à cheval sur l’ordre et la propreté. Peut-être bien que c’est ce que je suis après tout.[color=#ff6666] « Pour le bazar, franchement, je ne vois pas de quoi vous voulez parler. Bon, ok, le placard des casseroles n’est pas toujours en ordre, mais je fais toujours attention. Mais bon, ne venez pas dans ma chambre quand même. »[/color] Je la regarde rire, ça ne me fait pas vraiment rire, je suis toujours après Cassiopée pour que sa chambre soit rangée. Je sais que c’est son intimité, je n’y mets pas les pieds, mais je sais surtout qu’on est toujours mieux dans un endroit ordonné que dans un endroit où on se sait pas où on met les pieds. Enfin c’est mon avis, et jusqu’à preuve du contraire, elle vit encore à la maison. Elle fera ce qu’elle voudra quand elle aura son propre appartement. Et c’est pareil pour Noemi, elle vit ici, elle se plie aux règles.[color=#ff6666] « Elle était au lit depuis 18h30. Sauf que comme je vous l’ai déjà expliqué, elle a été malade, et j’ai du la détendre, elle était en panique. Alors ok, peut-être que j’ai un peu abusé, mais faut se rendre à l’évidence, elle était si contente que vous soyez là avant d’aller au lit. »[/color] Je ne sais pas si elle dit ça pour me flatter, pour se justifier, ou simplement pour éviter que je l’engueule un peu plus. Je hoche légèrement la tête et tends le bras pour attraper mon verre. [color=#9999ff]« Très bien. Je ne doute pas que tu t’adapteras à merveille. Tu es jeune et visiblement pleine de ressources… »[/color] Je bois une gorgée de mon vin et sans savoir pourquoi ni comment, j’ai l’impression d’être à sa place une seconde, de me voir avec du recul, et je prends presque peur. Elle doit me détester, tout comme mes enfants me détestent sûrement. Je sens mon regard briller un peu plus et pour éviter de me laisser emporter par les mauvaises pensées, ma maladie et tout le reste, je décide de faire un effort. [color=#9999ff]« Tu aimes le vin ? Je suis sûre que celui là te plaira. »[/color] Je me lève et vais dans la cuisine pour récupérer un deuxième verre que je remplis à moitié avec la bouteille de vin entamée. Je reviens dans le salon et lui tends le verre qu’elle récupère. [color=#9999ff]« Alors dis-moi, comment se fait-ce t-il que tu supportes aussi difficilement la chaleur ? Tu viens d’où exactement ? » [/color]Je n’ai jamais eu de CV à proprement parler entre les mains. J’ai fait confiance à mes amis, c’est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: Re: rp : noemor 1 - m'habituer à ta présence    Jeu 23 Fév - 23:39

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝ m'habituer à ta présence ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://68.media.tumblr.com/5ea314044dff5c5228f16f86c45afec9/tumblr_o1ra87Vkgv1r98mn3o2_r1_250.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> Eleanor est une femme assez froide, je le sais, et je le vois tous les jours, je l’expérimente aussi. Un pas de travers et hop, c’est loupé, ça ne lui plait pas, et elle me rappelle à l’ordre, je l’ai bien vu ce soir, et elle me rappelle tout un tas de truc, du genre, je dois m’habiller et pas me balader à poil, je dois garder la maison propre, Maïly ne doit pas se coucher trop tard… et ça m’agace, car je le sais déjà. J’essaie de rester en place, je l’écoute, en silence, mais une fois qu’elle a terminé de parler, je prends rapidement la parole pour lui exprimer le fond de mes pensées. Je commence par lui dire que je la respecte, que je peux faire un effort, mais qu’il fait bien trop chaud et que si j’enfile une couche supplémentaire, ça devient vite insupportable, que ce soit pour moi, ou même pour la petite fille qui se balade en body. Les enfants ont facilement très chaud, je le sais, je l’ai appris depuis que je fais ce style de métier, et ça ne sert à rien de les couvrir trop. Je ne dis pas qu’on doit les foutre à poil, ils pourraient prendre froid, mais vraiment, je ne vais pas lui mettre un tshirt en plus de son body, pauvre gamine. La vieille femme se racle la gorge, et prend la parole. [b]« Je ne te demande pas de comprendre Noemi, juste de respecter ma demande. »[/b] Je hoche la tête pour lui montrer que je comprends ce qu’elle entend par là, en fait, elle veut surtout me montrer son autorité j’imagine. Je soupire un instant, et reprend mon monologue à propos de la propreté, en précisant bien qu’il ne faut pas qu’elle vienne dans ma chambre, et rigole. Ma chambre, c’est franchement un capharnaüm, ça craint un peu. Enfin on marche quoi, mais j’ai du mal à ranger, j’ai une chaise qui déborde de vêtements, des livres un peu partout par terre, mon ordi sur mon lit la journée, et sous mon lit la nuit, et sur ma lampe de chevet, bah je ne peux plus rien poser. Mais c’est comme ça, je suis bordélique, et je l’assume. J’aime souvent dire que puisque c’est le bordel dans ma tête, c’est le bordel dans ma chambre, c’est un peu ça en vrai. Je termine de rire, me racle la gorge, et décide de revenir aux choses sérieuses, et explique pourquoi Maïly était aussi énergique, en précisant bien qu’elle était au lit bien à l’heure, mais aussi qu’elle était contente de voir sa marraine avant de dormir. Eleanor n’est pas toujours là, et le bambin la réclame souvent, et à chaque fois, je dois la réconforter. Pauvre gamine. Je change de position, et relève la tête vers la femme rousse. [b]« Très bien. Je ne doute pas que tu t’adapteras à merveille. Tu es jeune et visiblement pleine de ressources… »[/b] Je lui souris un peu, son ton est moins froid que d’habitude, et même si j’ai envie de lui dire, je ne préfère pas. Elle a raison, je sais m’adapter, et les premiers mois sont toujours difficiles, ça l’était aussi avec les anciens. Si je suis jeune, je sais que je commence à vieillir un peu trop vite, et bon sang, j’aime pas trop ça en fait. J’ai vingt-six ans, bientôt vingt-sept, et pour être honnête, je me revois encore gamine, pensionnaire à New York, à faire n’importe quoi. Le temps passent vite, bien trop vite, j’aime pas ça. Je relève la tête vers Eleanor, et lui souris, la remerciant. [color=#ff6666]« Merci, j’espère ne pas vous décevoir. »[/color] Ma phrase sonne fausse, mais en réalité, je suis complètement honnête. Je me suis déjà attaché à la petite fille, à cette famille, et si jamais je déçois cette femme, je pourrais rapidement dire adieu à ce confort presque de famille. Et j’en ai pas envie. [b]« Tu aimes le vin ? Je suis sûre que celui là te plaira. »[/b] Je relève la tête vers elle, alors qu’elle se lève. J’aime beaucoup le vin, j’ai le palais délicat, mais je ne dis jamais non à un verre d’alcool, même si je préfère de loin les cocktails du foxglove, où je travaille. Alors qu’elle se dirige vers la cuisine, je lui répond, sans trop hurler non plus pour ne pas réveiller la fillette qui dort à l’étage. [color=#ff6666]« Ouais ça va, merci. »[/color] Je ne décroche pas un sourire, et tourne la tête vers la fenêtre pour observer le ciel étoilé, et replonge dans mes pensées. Je sais très bien que je ne vais pas pouvoir être fille au pair toute ma vie, car un jour, je serais comme cette Manning, vieille et fatiguée, et je redoute le jour où je dirais adieu à cette profession, que j’affectionne tant. Je ne souhaite pas avoir d’enfants naturels, et élever ceux des autres me permet non seulement de m’habituer à être mère un jour, peut-être, mais aussi d’apprendre à aimer les enfants des autres, c’est ça que j’aime dans ce métier. J’essaie d’éviter de penser à mon avenir, mais bon, c’est inévitable parfois, et même si le futur me fait peur, j’essaie de m’y faire non sans difficulté. Je n’ai pas entendu Eleanor revenir vers moi, et je relève la tête quand elle me tend le verre, et je le récupère en souriant, en guise de remerciement. [b]« Alors dis-moi, comment se fait-ce t-il que tu supportes aussi difficilement la chaleur ? Tu viens d’où exactement ? »[/b] Je prends une longue inspiration, et boit une gorgée de ce vin avant de répondre. Doudiou qu’il est bon, elle avait raison cette femme, c’est une pro ou quoi ? D’où je viens, c’est un peu compliqué. J’aurais presque envie de lui répondre de l’utérus d’une prostituée, mais je pense que ce n’est pas utile, et que ce n’est surtout pas ça qu’elle me demande. Je suis australienne de naissance, mais j’ai été adopté par un couple américain, de New York. J’ai le sang chaud, mais j’ai grandi dans une ville où on se pèle l’hiver, alors j’ai pas l’habitude. D’autant que les saisons sont inversées ici, et même après presque dix ans, je ne m’habitue toujours pas. [color=#ff6666]« J’ai le sang chaud ! Enfin, je suis Australienne de naissance, de ma mère biologique, mais j’ai grandi à New York après avoir été adopté, et c’est pas la même chaleur là bas, et il y a de la neige surtout. »[/color] J’ai envie de raconter ma vie, alors je poursuis. [color=#ff6666]« Dix ans que je suis ici, et j’arrive pas à m’habituer ! En plus j’suis allergique aux moustiques… il y en a des tonnes. Mais bon, j’ai pas l’impression que votre maison en est peuplée, alors bon dieu, merci pour ça. »[/color] Je rigole un peu, pour détendre l’atmosphère si glaciale, même si elle se réchauffe peu à peu. Il faut que le courant passe un jour avec ma patronne, et j’aimerais que ça soit rapide. [color=#ff6666]« Non en fait, j’ai chaud tout le temps. Rien à voir avec l’Amérique ici le climat en plus, et vu que j’ai super chaud déjà là bas, imaginez un peu ! »[/color] Je lève les yeux au ciel, continue de rire avant de reprendre la parole. [color=#ff6666]« Là bas, en hiver, il neige et je supporte pas de mettre un manteau, je dors en culotte. Ici, c’est l’enfer, car il neige jamais, donc j’ai toujours chaud. »[/color] Je bois une nouvelle gorgée de vin, et relève la tête vers la femme mûre, en penchant la tête sur le côté.


Dernière édition par Mathilda le Mer 29 Mar - 18:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Vicky

avatar

Messages : 30
Activité : 36
Date d'inscription : 22/02/2017

MessageSujet: Re: rp : noemor 1 - m'habituer à ta présence    Ven 24 Fév - 16:45

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝ m'habituer à ta présence ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://66.media.tumblr.com/tumblr_m0vx6vGnkm1r5tdn1.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> Je n’ai pas envie que la jeune femme prenne peur, qu’elle décide d’un seul coup de démissionner juste sous prétexte que je suis trop froide ou antipathique. Après tout, ce n’est pas avec moi qu’elle travaille toute la journée, mais avec Maïly, et tant que le courant passe entre elles, j’imagine que ça ira. Je l’espère en tout cas. Je décide de souffler un peu, me ‘décoincer’ comme dirait Cassiopée, et je me déride légèrement en adressant un compliment dissimulé à la jeune femme. Le sourire qu’elle m’adresse semble être là seulement pour me faire plaisir, mais je l’accepte. Je suis comme ça moi aussi.[color=#ff6666] « Merci, j’espère ne pas vous décevoir. » [/color]Je hoche légèrement la tête sans sourire pour autant, et finis par lui proposer un verre de vin. D’ordinaire j’aurai trouvé ce comportement déplacé pour plusieurs raisons. La première, c’est qu’à mes yeux, la jeune femme est encore une enfant, elle a vingt six ans à peine, même pas l’âge de mon garçon. La seconde c’est que j’ai pour principe de ne rien partager à proprement parler avec mes employés, je m’imagine mal proposer un verre de vin à ma femme de ménage. Mais allez savoir pourquoi, Noemi, c’est différent. Je me dois de lui faire une confiance aveugle vis-à-vis de ma filleule, alors autant essayer de détendre légèrement l’atmosphère. Je reviens et la coupe dans ses pensées pour lui tendre le verre de vin que je viens de lui remplir. Ses doigts fins agrippent le cristal et je reprends ma place, croisant mes jambes de manière naturelle. Je ne laisse pas le silence prendre trop de place cette fois, et lui demande pourquoi elle semble supporter aussi difficilement la chaleur. J’aimerai vraiment qu’elle arrête de vivre à moitié nue, ça me met vraiment mal à l’aise. [color=#ff6666]« J’ai le sang chaud ! Enfin, je suis Australienne de naissance, de ma mère biologique, mais j’ai grandi à New York après avoir été adopté, et c’est pas la même chaleur là bas, et il y a de la neige surtout. »[/color] J’esquisse un fin sourire et bois une nouvelle gorgée de vin sans la lâcher su regard. Je l’écoute avec attention, l’observe, la détaille. Elle ne tient pas en place. Si ça avait été ma fille je pense que je lui aurai fait une réflexion, lui demandant si elle avait envie d’aller aux toilettes, mais non, Noemi est toujours comme ça et je vais devoir m’y faire. J’emmagasine les informations qu’elle me donne pour arriver à mieux cerner sa personnalité. Une jeune femme adoptée donc.[color=#ff6666] « Dix ans que je suis ici, et j’arrive pas à m’habituer ! En plus j’suis allergique aux moustiques… il y en a des tonnes. Mais bon, j’ai pas l’impression que votre maison en est peuplée, alors bon dieu, merci pour ça. »[/color] Cette fois je ne peux réprimer un sourire qui se veut sincère. [color=#9999ff]« Je ne les supporte pas et je me bats contre eux. Je suis ravie de savoir que tu y échappes au moins ici. [/color]» Mon verre dans une main, je fais glisser le bout de mon index sur le rebord du verre là où mes lèvres se sont posées à maintes reprises. [color=#ff6666]« Non en fait, j’ai chaud tout le temps. Rien à voir avec l’Amérique ici le climat en plus, et vu que j’ai super chaud déjà là bas, imaginez un peu ! »[/color] Je me contente de hocher la tête, comprenant un peu mieux. J’ai chaud moi aussi en été ici, ça n’a rien à voir avec mon Angleterre natale où il a tendance à faire très souvent gris et froid.[color=#ff6666] « Là bas, en hiver, il neige et je supporte pas de mettre un manteau, je dors en culotte. Ici, c’est l’enfer, car il neige jamais, donc j’ai toujours chaud. »[/color] Je me laisse choir contre le dossier du canapé sans jamais la lâcher des yeux. [color=#9999ff]« Je suppose que c’est une question de métabolisme. Ce qui est quand même étonnant c’est qu’après dix ans ici tu n’aies toujours pas réussi à t’acclimater… »[/color] Oui peut-être simplement qu’elle n’a pas envie de s’acclimater, qu’elle aime vivre quasiment nue. A la limite, qu’elle le fasse quand je ne suis pas là, passe encore, si Maïly n’est pas spectatrice de son nudisme latent. Mais je lui demande simplement de se couvrir un minimum lorsque je rentre à la maison, ou qu’il y a quelqu’un d’autre qu’elle. J’imagine déjà mon propre mari baver devant la plastique de rêve de la jeune femme. Je ne me souviens même pas avoir déjà eu un corps comme le sien. Je ne me suis pas arrêtée sur les détails mais j’ai bien remarqué qu’elle était grande, fine, élancée, et musclée, avec des formes là où il faut. Elle doit faire tourner la tête des hommes, c’est certain. Si elle pouvait simplement éviter de faire tourner la tête de mon fils, je m’en passerai bien. Je ne l’imagine pas vraiment avec une jeune femme comme elle. [color=#9999ff]« Raconte-moi comment tu en es venue à faire ce travail,tu as toujours aimé les enfants ? »[/color] Je crois que je n’ai pas envie de rester seule, d’aller prendre une douche et me coucher, m’endormir avant de sentir Philip se glisser sous les draps de notre lit conjugal. Ce soir, j’ai comme une envie de compagnie, et puisque Noemi est là, autant en profiter. Peut-être que de discuter avec elle m’aidera à voir une autre facette de sa personnalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: Re: rp : noemor 1 - m'habituer à ta présence    Sam 25 Fév - 17:20

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝ m'habituer à ta présence ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://68.media.tumblr.com/5ea314044dff5c5228f16f86c45afec9/tumblr_o1ra87Vkgv1r98mn3o2_r1_250.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> Si j’ai été embauché chez les Manning, c’est simplement grâce au bouche à oreille. Eleanor et son mari sont des amis à mon ancienne famille, et c’est grâce à cette relation que j’ai été embauché, et aussi grâce à mes talents bien vendus de fille au pair. Il faut dire que je suis assez cool, pas vraiment stressante, je ne me prends pas la tête, mais avant tout, je suis maternelle et c’est souvent recherché dans ce type de métier. C’est ainsi que j’ai rencontré les Manning, sans vraiment les connaître, et j’ai été accepté rapidement pour le poste, m’occuper de la petite et de la maison. Les Manning sont assez différents d’ailleurs, et c’est un peu difficile, j’ai l’impression de mal faire sans arrêt, et la mère de famille me rappelle souvent à l’ordre. Et ce soir, j’y ai pas loupé, vu le bordel dans la salle de bain, et l’excitation de la petite, mais visiblement, la rousse veut passer à autre chose, et me propose un verre de vin. Je suis surprise, mais accepte, en souriant. Je n’aurais jamais pensé que cette femme me propose un jour de l’alcool, c’est un peu inédit, et si ça se trouve, elle me teste, voir si j’accepte de l’alcool. Je secoue la tête pour éviter de penser à ça, et attrape le verre lorsqu’elle revient, et nous recommençons à discuter, sur mes origines, et pourquoi je ne supporte pas la chaleur. Je lui explique plutôt en détail, mais pas trop non plus que je viens d’Australie, mais que j’ai vécu à New York, en passant par le climat, puis que je ne supporte pas les moustiques. Elle m’écoute, et sourit, et m’étonne encore plus. Bon dieu cette femme sait sourire ! [b]« Je ne les supporte pas et je me bats contre eux. Je suis ravie de savoir que tu y échappes au moins ici. » [/b]Je rigole un peu, et continue de parler de moi. J’aime parler, et j’imagine que cette femme est curieuse quant à ma personne, après tout, je vis chez elle quand même, et je reste une inconnue ! Mon métier est assez étrange quand on y pense. On embauche une inconnue pour s’occuper de personnes qui nous sommes chers… c’est vraiment étrange, pas vraiment logique en fait. Le pire dans tout ça, c’est que j’ai toujours reçu une confiance énorme, peut-être même plus grande que celle que m’accordent mes parents biologiques. Dingue. Enfin bref, je continue d’insister sur le fait que je ne supporte pas la chaleur, et que j’ai toujours chaud ici. [b]« Je suppose que c’est une question de métabolisme. Ce qui est quand même étonnant c’est qu’après dix ans ici tu n’aies toujours pas réussi à t’acclimater… » [/b]J’hausse les épaules. Le métabolisme, ouais, on m’en a déjà parlé, et j’y crois. C’est mon corps qui ne supporte pas la chaleur, pourtant, je ne fais rien pour me battre contre. Je pourrais avoir des ventilateurs, mais non, j’aime pas ça. Mais elle a raison cette femme, c’est étonnant, car dix ans, c’est long et j’aurais du en théorie m’y habituer. Mais non. A croire que mon corps n’en a pas envie. [color=#ff6666]« Ouais, c’est vrai mais bon. J’en sais rien en fait, c’est comme ça et je me pose plus trop la question. Mais j’adore ce pays, alors. »[/color] Je ris, et pose à nouveau mes lèvres sur le rebord de la coupe, pour boire une nouvelle gorgée de vin, quand elle reprend à nouveau la parole. [b]« Raconte-moi comment tu en es venue à faire ce travail, tu as toujours aimé les enfants ? »[/b] Cette question me plait, et je souris, en changeant à nouveau de position, pour mettre mes deux jambes sous mes fesses, me tournant un peu sur le côté. Je ne sais pas vraiment par où commencer… enfin, par le commencement ça oui mais lequel ? Quand j’ai été renvoyé du pensionnat ? Je pense qu’elle prendrait peur… elle est tellement dans les principes. Finalement, je décide de faire simple. [color=#ff6666]« J’avais pas de très bons résultats scolaires, et vu que j’ai le contact humain dans la peau, je me suis dit pourquoi pas fille au pair ?! » [/color]Je lui souris, et bois une dernière gorgée, avant de me pencher en avant pour déposer le verre sur la table basse, sans sous-verre faut pas abuser, et offrant par la même occasion un beau décolleté plongeant à la femme. Je ne m’en rends pas compte, et me redresse, pour continuer d’expliquer. J’ai toujours aimé les enfants, ça, c’est vrai. Pourquoi, j’en sais rien, je suis la petite dernière dans ma famille pourtant, mais c’est comme ça. Et quand j’ai commencé le babysitting… c’est devenue une évidence de travailler avec eux. Les enfants m’adorent, et je les adore alors, c’est le parfait combo. [color=#ff6666]« J’adore les enfants depuis que je suis toute petite, et je m’entends bien avec eux en général, je suis un peu enfantine par moment, je délire sur n’importe quoi, et les petits aiment ça. »[/color] Et je suis maternelle aussi. J’ai toujours eu cet instinct, en moi, sans savoir d’où il venait. C’est un sacré paradoxe, car j’ai peur de devenir mère. Naturellement je veux dire. [color=#ff6666]« On me dit souvent que j’ai l’instinct maternel développé, alors j’imagine que c’est une bonne chose. Et j’adore mon métier, j’adore voir grandir des petits bouts de cul, et me dire que si ils sont comme ça maintenant, c’est un peu grâce à moi. »[/color] Je souris, et on peut lire la passion dans mon regard. J’adore mon métier. Vraiment, c’est indéniable.


Dernière édition par Mathilda le Mer 29 Mar - 18:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Vicky

avatar

Messages : 30
Activité : 36
Date d'inscription : 22/02/2017

MessageSujet: Re: rp : noemor 1 - m'habituer à ta présence    Lun 27 Fév - 19:28

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝ m'habituer à ta présence ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://66.media.tumblr.com/tumblr_m0vx6vGnkm1r5tdn1.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> Je crois que ces derniers temps, j’ai peur de la solitude, peur de me retrouver seule, de mourir seule sans doute. Je ne sais pas quand ça arrivera, ni même comment, et comme tout le monde sait, la mort est chez la plupart des êtres humains la peur la plus rationnelle qui soit. Ça me terrifie, et rien que d’y penser, j’ai mon coeur qui s’emballe. Je sais que c’est irréversible, et que le mieux à faire est encore de laisser une emprunte plutôt positive dans ce monde. Ce n’est pas chose facile après avoir vécu plus de cinquante ans dans un carcan bien étudié. Tout ça me fait mal à la tête et ce soir, je finis mon verre de fin en cherchant à connaître un peu mieux la jeune femme qui vit chez moi depuis deux bonnes semaines maintenant. [color=#ff6666]« J’avais pas de très bons résultats scolaires, et vu que j’ai le contact humain dans la peau, je me suis dit pourquoi pas fille au pair ?! »[/color] Je penche la tête légèrement sur le côté. Cette enfant n’a pas l’air d’être idiote, loin de ça même, mais le milieu de l’éducation nationale est loin d’être adapté à tous les enfants. Dieu merci, j’ai eu pas mal de chances avec les miens, je n’aurai pas supporté qu’ils soient des cancres ou qu’ils aient de mauvais résultats à l’école. Je suis particulièrement fière de ma petite dernière. Je sais que ce n’est pas toujours facile pour elle d’avoir une mère comme moi, mais elle s’en tire vraiment bien. Et si je fais tout ça, c’est uniquement dans son intérêt, pour son avenir. [color=#ff6666]« J’adore les enfants depuis que je suis toute petite, et je m’entends bien avec eux en général, je suis un peu enfantine par moment, je délire sur n’importe quoi, et les petits aiment ça. » [/color]Je hoche la tête, ne souriant pas pour autant, mais ça c’est un trait de caractère que j’avais remarqué chez elle. Son côté légèrement je-m’en-foutiste sur les bords. C’est propre aux enfants.[color=#ff6666] « On me dit souvent que j’ai l’instinct maternel développé, alors j’imagine que c’est une bonne chose. Et j’adore mon métier, j’adore voir grandir des petits bouts de cul, et me dire que si ils sont comme ça maintenant, c’est un peu grâce à moi. »[/color] Le mot ‘cul’ me fait hérisser les poils et je serre légèrement les mâchoires. J’ai beaucoup de mal avec l’argot, le verlan ou pire la vulgarité, même pour des simples termes tel que ‘merde’ ou ‘cul’. C’est plus fort que moi, mon éducation sûrement. [color=#9999ff]« Les enfants Eriksen semblent très épanouis et je pense que tu as une part de responsabilité là dedans. »[/color] Cette fois, j’argumente mon compliment d’une esquisse de sourire et mon téléphone nous coupe de notre conversation. [color=#9999ff]« Excuse-moi. »[/color] Je me lève et récupère mon téléphone sur le bar pour décrocher. Un confrère qui me demande de me pencher sur un dossier qu’il vient de m’envoyer par mail. [color=#9999ff]« Oui, très bien, je regarde ça immédiatement. » [/color]Je raccroche et retourne le salon. [color=#9999ff]« Je suis désolée Noemi nous allons devoir reporter la fin de cette discussion à plus tard, j’ai du travail. »[/color] Je me pince légèrement les lèvres et récupère mon verre de fin qui n’est pas tout à fait terminé et l’emmène dans la cuisine pour le déposer dans l’évier, avant d’aller m’enfermer dans mon bureau.
Les heures passent et je ne les vois pas passer. C’est mon mari qui ouvre la porte de mon bureau qui me fait me rendre compte de l’heure. Minuit passé. [color=#009900]« Tu travailles encore ? »[/color] [color=#9999ff]« J’ai terminé, ça a été ta journée ? »[/color] Il hoche la tête et dépose un baiser sur mon front. [color=#009900]« Je monte me coucher, je suis exténué. »[/color] [color=#9999ff]« Je te rejoins dans cinq minutes. »[/color] Il hoche à son tour la tête et monte à l’étage pour rejoindre notre chambre. C’est quasiment trente minutes plus tard que je monte, sans oublier d’éteindre la lumière et fermer à clé toutes les portes. Une fois en haut, j’entends du bruit dans la salle de bain et frappe quelques coups avant d’entrer, la porte étant entre-ouverte. [color=#9999ff]« Philip tu n’es pas couché ? »[/color] Je tombe nez à nez avec le corps nu de Noemi et me tourne immédiatement, choquée par ce que je viens de voir. Le coeur à cent à l’heure, je tente de me calme, raclant ma gorge sans pour autant quitter la pièce, la main toujours sur la poignée. Je me sens bouillir. [color=#9999ff]« Tu veux bien enfiler un peignoir s’il te plait ? »[/color] Mon ton est sec et cassant, et une fois qu’elle me dit que c’est bon, je me retourne et la fusille presque du regard, les sourcils froncés. [color=#9999ff]« Philip est rentré, tu imagines si c’est lui qui avait ouvert cette porte ? Ce n’est quand même pas compliqué de fermer une porte à clé ! »[/color] Je ne sais pas pourquoi je me mets dans un état pareil, et j’ai les images de son corps nu, furtif, qui cogne dans mon esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: Re: rp : noemor 1 - m'habituer à ta présence    Mar 28 Fév - 11:49

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝ m'habituer à ta présence ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://68.media.tumblr.com/5ea314044dff5c5228f16f86c45afec9/tumblr_o1ra87Vkgv1r98mn3o2_r1_250.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> Depuis le début de la soirée, Eleanor semblait s’intéresser à moi, et pour être honnête, j’étais assez surprise. C’est une femme tellement froide, qui semble tellement…coincée, que jamais je n’aurais pensé qu’elle s’intéresse un minimum à moi un jour. Enfin, quand on y pense c’est logique car j’habite quand même sous son toit, mais bon, venant d’elle, c’est de suite plus étrange. Le pire, c’est qu’elle m’écoutait, et ça, bon dieu, c’est dingue. Bon, elle est bien élevée c’est normal, mais elle était vachement attentive, ça en fait presque peur. Voilà maintenant qu’elle s’intéressait à mon métier, et bon sang, c’était un sujet que j’adorais ! Je suis dingue de mon métier, j’y prends tellement de plaisir que j’adore en parler, c’est naturel pour moi et puis, je pense que ma passion se ressent dans mes paroles, et ce n’est pas plus mal finalement. J’explique à Eleanor pourquoi je suis devenue fille au pair, puis que j’adore les enfants et que je m’entends avec eux. C’est vrai, le courant est toujours bien passé, et je n’ai jamais eu de soucis avec ça. Je lui explique que j’ai un instinct maternel, en précisant une nouvelle fois que j’adore mon métier, au cas où elle ne l’a pas encore compris, ou si elle en doute, on ne sait jamais. Pendant mon explication, la mère Manning est restée dans le silence, et enfin, elle se décide à parler. C’est pas trop tôt ! [b]« Les enfants Eriksen semblent très épanouis et je pense que tu as une part de responsabilité là dedans. »[/b] Elle me sourit, et j’écarquille un peu les yeux avant de me racler la gorge. Cette femme sait sourire ! Je relève la tête lorsque j’entends son téléphone sonner, et je fronce un instant les sourcils. Cette femme ne s’arrête jamais ? Elle s’excuse, et se lève, ne me laissant pas vraiment le temps de répondre à son compliment. Je me contente de hocher la tête, et de terminer mon verre de vin, déjà presque vide. Au bout de quelques minutes, elle revient vers moi. [b]« Je suis désolée Noemi nous allons devoir reporter la fin de cette discussion à plus tard, j’ai du travail. »[/b] Je hoche la tête, et regarde un instant l’heure à mon poignet. Bon sang, elle travaille vraiment ! Je lui souris. [color=#ff6666]« D’accord. Bon courage. »[/color] Je hoche la tête, et me lève à mon tour pour partir déposer mon verre dans l’évier, avant de remonter finalement dans ma chambre.

La soirée se déroule tranquillement, et je m’occupe en parlant avec une de mes anciennes sexfriend, qui est maintenant mariée et donc inaccessible. En y pensant, c’est étrange qu’elle soit mariée, car elle couchait avec tous le monde avant ! Mais bon, son mari a de l’argent, et j’imagine que c’était sa motivation, mais je doute qu’elle soit vraiment fidèle, la connaissant. Entre deux messages, je range un peu ma chambre, au cas où Eleanor débarque à l’improviste, et surtout pour éviter qu’elle fasse une crise cardiaque en regardant le bordel. Pour être honnête, ça me ferait rire mais bon, ça serait triste quand même. Maïly se réveille une fois, et je décide de ne pas partir la voir, et je l’entends qui se rendort quelques minutes plus tard, et je soupire de soulagement en retirant mon tshirt, puis part en direction de la salle de bain, histoire de prendre une douche, avant de partir en direction de mon lit, pour dormir, ou pas. Je me glisse sous l’eau tiède, et ferme un instant les yeux, puis fais ce que j’ai à faire, et ressors, nue, quand j’entends la porte s’ouvrir. [b]« Philip tu n’es pas couché ? »[/b] Je sursaute, et regarde la mère Manning en train de paniquer, et elle se tourne rapidement, et je ris légèrement. Bon sang, elle ne sait pas toquer ?! Ou alors j’ai rien entendu… enfin quoi qu’il en soit, j’ai un mauvais pressentiment. [b]« Tu veux bien enfiler un peignoir s’il te plait ? »[/b] Je hoche la tête, et me tait, enfilant non pas un peignoir, mais ma serviette autour de moi, en la tenant bien, mais dévoilant quand même un peu de ma poitrine. [color=#ff6666]« Voilà. »[/color] Elle se retourne, et je peux presque voir des éclairs dans son regard. Je ravale ma salive, et l’écoute. [b]« Philip est rentré, tu imagines si c’est lui qui avait ouvert cette porte ? Ce n’est quand même pas compliqué de fermer une porte à clé ! »[/b] Je hausse les épaules, ne comprenant pas vraiment pourquoi elle se met dans un état pareil. Oui, ça aurait pu être Philip, et alors, elle pense que je vais sauter son mari ? Il est hideux, et puis c’est pas vraiment mon style. Je glisse un main dans mes cheveux, et remet ma serviette comme il faut, pour éviter qu’elle ne glisse. [color=#ff6666]« Si ça peut vous rassurer, je ne veux pas sauter votre mari. »[/color] Je soupire un peu, avant de me rendre compte de ce que je viens de dire. Merde. [color=#ff6666]« Et puis, pour être honnête, il ne faut pas vous mettre dans un état pareil, vous avez déjà vu vos enfants nus non ? Imaginez que je suis votre fille, c’est la même chose ! »[/color] Je ris discrètement, et attrape ma culotte sur le rebord du lavabo pour l’enfiler, et laisse glisser la serviette, avant d’enfiler rapidement mon débardeur. Il est à moitié transparent, mais bon, c’est pas grave. C’est pas comme ci j’étais moche, et puis même, Eleanor est bien trop énervée pour s’en rendre compte. [color=#ff6666]« Et sachez que je ne ferme jamais mes portes à clé. »[/color] Je hoche la tête, en la regardant dans les yeux. J’ai horreur de m’enfermer dans une pièce, ça m’angoisse, vraiment. Et puis faut qu'elle se décoince un peu, la mamie !


Dernière édition par Mathilda le Mer 29 Mar - 18:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Vicky

avatar

Messages : 30
Activité : 36
Date d'inscription : 22/02/2017

MessageSujet: Re: rp : noemor 1 - m'habituer à ta présence    Mer 1 Mar - 17:21

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝ m'habituer à ta présence ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://66.media.tumblr.com/tumblr_m0vx6vGnkm1r5tdn1.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> Je sens mon coeur faire un bond, à moins qu’il ne se soit arrêté de battre pendant une fraction de seconde, et ça, juste en ouvrant la porte et découvrant la nounou de ma filleule complètement nue.  Je suis quelqu’un de pudique, et j’aime que les autres aient du respect pour moi en ne se montrant pas nus. Je viens de lui demander en plus ! Certes, elle était dans la salle de bain, mais n’importe qui d’autre que moi aurait pu entrer dans la pièce et la voir nue. Une fois retournée pour ne pas la voir plus longtemps, je tente de souffler un peu pour me calmer, détendre mes muscles, mais ça ne marche pas. J’ai l’impression que son corps nu clignote chaque fois que je ferme les yeux. [color=#ff6666]« Voilà. »[/color] me dit-elle pour que je puisse me retourner, ce que je fais sans plus tarder. Je la réprimande, lui expliquant pourquoi je ne conçois pas ce qui vient de se passer. Qu’elle soit nue dans la salle de bain c’est normal, elle fait ce qu’elle veut quand elle est dans sa chambre, ou n’importe où d’autre tant qu’elle est seule et que la porte est fermée.[color=#ff6666] « Si ça peut vous rassurer, je ne veux pas sauter votre mari. »[/color] J’écarquille les yeux, choquée par ce qu’elle vient de dire. Je pourrais la virer pour moins que ça, mais je suis tellement choquée que je n’arrive rien à dire. Elle me met dans une position tel un funambule en équilibre sur un fil si fin, et si haut qu’on voit à peine le sol.[color=#ff6666] « Et puis, pour être honnête, il ne faut pas vous mettre dans un état pareil, vous avez déjà vu vos enfants nus non ? Imaginez que je suis votre fille, c’est la même chose ! »[/color] Je secoue la tête. [color=#9999ff]« Non ce n’est pas la même chose, parce qu’à partir d’une dizaine d’années mes enfants ont eu leur intimité et le droit de s’enfermer dans la salle de bain pour se laver sans que je sois dans leur dos. Et que je sache, tu n’es pas faite comme un enfant de dix ans. »[/color] Je me trahis toute seule, affirmant par la même occasion mais sans le dire vraiment, que j’ai bien vu la manière dont elle était fichue. [color=#9999ff]« Et quand bien même, tu n’es pas ma fille. »[/color] Ça aussi, c’est important à souligner. Je la regarde ricaner et ça me met d’autant plus hors de moi. Elle enfile sa culotte, laisse tomber sa serviette à ses pieds et je dois à nouveau détourner le regard. Elle me provoque, je ne vois pas d’autre solution. Je soupire d’exaspération et ne repose mon regard qu’une fois qu’elle est habillée. Même si le mot est faible, puisque clairement, ça ou nue c’est quasiment pareil. [color=#ff6666]« Et sachez que je ne ferme jamais mes portes à clé. »[/color] Je déteste sa manière de me tester, de me tenir tête. Je n’ai jamais été habituée à ça jusqu’au aujourd’hui, et ça me déstabilise complètement. D’habitude, les gens me craignent, surtout dans mon travail, je suis respectée, crainte, et même par ma famille et mes propres enfants. Mais Noemi est une jeune femme à part, et elle me le prouve d’autant plus aujourd’hui. [color=#9999ff]« Alors il va falloir que tu apprennes à le faire. Ou au moins mettre quelque chose sur la poignée pour prévenir qu’il y a quelqu’un à l’intérieur. Je me fiche bien de savoir que tu n’aies pas envie de… » [/color]Je n’arrive même pas à dire le même mot qu’elle.[color=#9999ff] « … de détourner mon mari de moi, mais il reste avant tout un homme, et je sais que s’il te voyait te trimballer nue dans la maison, ça lui donnerait des idées. Donc je t’en prie, fais un effort. Sinon je vais devoir mettre un terme à ton contrat. »[/color] Il n’est pas question qu’elle mette à mal l’ordre dans ma famille.[color=#9999ff] « Maintenant, puisque tu veux que je te considère comme étant ma fille, je te prierai d’aller te coucher, il est tard, et Maïly sera réveillée à l’aube demain matin. »[/color] J’ouvre la porte et la laisse sortir en premier, mais je la rappelle avant qu’elle ne soit trop loin. Elle revient et je lui désigne la serviette sur le sol. [color=#9999ff]« C’est bien beau de ranger les casseroles, mais c’est bien aussi de laisser en ordre une pièce quand tu la quittes. »[/color] Mon ton est redevenu plus sec et plus froid. Je ne compte pas la laisser dicter sa loi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: Re: rp : noemor 1 - m'habituer à ta présence    Mer 1 Mar - 17:51

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝ m'habituer à ta présence ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://68.media.tumblr.com/5ea314044dff5c5228f16f86c45afec9/tumblr_o1ra87Vkgv1r98mn3o2_r1_250.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> En laissant la porte de la salle de bain entre-ouverte, je savais que je m’exposais au risque que quelqu’un me surprenne, mais j’imagine que j’aime jouer avec le feu, et malheureusement pour moi ce soir, le feu est entré dans la salle de bain, c’est le cas de le dire. La furie Manning est bouillante, et je sens presque sa colère en regardant ses yeux, et son ton est froid, et elle s’emporte, imaginant n’importe quoi avec son mari, et je décide de préciser que je ne veux pas le sauter, jouant avec le feu encore une fois. Je me rattrape rapidement, et lui demande d’imaginer que je suis sa fille, car de toute façon, c’est un peu ça. Enfin pas vraiment mais bon, concrètement. [b]« Non ce n’est pas la même chose, parce qu’à partir d’une dizaine d’années mes enfants ont eu leur intimité et le droit de s’enfermer dans la salle de bain pour se laver sans que je sois dans leur dos. Et que je sache, tu n’es pas faite comme un enfant de dix ans. »[/b] Je lève les yeux au ciel, mais souris, relevant bien ce qu’elle sous entend dans sa dernière phrase. Elle m’a regardé, je le sais maintenant, et en y pensant, ça me flatte un peu. [b]« Et quand bien même, tu n’es pas ma fille. »[/b] Je ris, doucement, avant d’enfiler une culotte et de laisser tomber ma serviette, lui offrant à nouveau le visuel de ma poitrine et de mon corps presque dénudé, et remarque qu’elle détourne le regard, une nouvelle fois. Je ne sais pas vraiment si c’est parce qu’elle a honte de regarder une fille, ou si c’est parce qu’elle a un balais dans le cul, mais je songe plutôt pour la deuxième solution. J’ajoute finalement que je ne ferme jamais mes portes à clé, et puis, c’est pas elle qui va faire changer ça, alors il va falloir qu’elle s’y fasse, et vite. Elle reprend la parole, et je penche un peu ma tête sur le côté. [b]« Alors il va falloir que tu apprennes à le faire. Ou au moins mettre quelque chose sur la poignée pour prévenir qu’il y a quelqu’un à l’intérieur. Je me fiche bien de savoir que tu n’aies pas envie de… » [/b]Je fronce un peu les sourcils. Va-t-elle cracher le morceau ? [b]« … de détourner mon mari de moi, mais il reste avant tout un homme, et je sais que s’il te voyait te trimballer nue dans la maison, ça lui donnerait des idées. Donc je t’en prie, fais un effort. Sinon je vais devoir mettre un terme à ton contrat. »[/b] Je soupire, et décide de me calmer un peu. Si son vieux veut aller chercher ailleurs, c’est pas de ma faute, et puis au contraire, c’est si je me cache et qu’il ne me voit pas qu’il risque de le faire. Ca me saoule un peu, son niveau de coincée m’impressionne. [color=#ff6666]« Bon, écoutez, d’accord. Mais si votre mari cherche ailleurs c’est pas de ma faute hein, et l’empêcher de voir des femmes nues ne va rien arranger. » [/color]Je hoche la tête, alors qu’elle reprend la parole. [b]« Maintenant, puisque tu veux que je te considère comme étant ma fille, je te prierai d’aller te coucher, il est tard, et Maïly sera réveillée à l’aube demain matin. » [/b]Je soupire, et la regarde ouvrir la porte, et passe devant elle en levant les yeux au ciel. Dans un sens, elle n’a pas tord, il est tard, très tard même, et d’ici cinq ou six heures, bébé Maïly va courir partout, et moi je vais m’endormir le nez dans sa couche. Je grimace un peu en imaginant l’odeur, et me tourne vers Eleanor. [color=#ff6666]« Bon bah bonne nuit. A moins que vous occupiez votre mari… »[/color] Je chuchote ma dernière phrase, pour éviter qu’elle ne l’entende, et pars en direction de ma chambre, mais elle m’appelle, une nouvelle fois, et je me dirige vers elle, les bras lâches, le regard déjà à moitié endormi. [b]« C’est bien beau de ranger les casseroles, mais c’est bien aussi de laisser en ordre une pièce quand tu la quittes. » [/b]Je soupire, et pose une main sur ma taille fine. [color=#ff6666]« Au pire, vous allez pas en mourir non ? Vu le temps qu’il vous reste à vivre, il va falloir accepter un peu le désordre de temps en temps ! »[/color] Je rentre à nouveau dans la salle de bain, et attrape ma serviette que je pose sur l’étendoir, et me tourne à nouveau sur Eleanor, qui semble se trouver un peu mal, d’un coup. [color=#ff6666]« Heu, tout va bien ? »[/color] Ma voix est plus calme, et beaucoup moins insolente que tout à l’heure.


Dernière édition par Mathilda le Mer 29 Mar - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Vicky

avatar

Messages : 30
Activité : 36
Date d'inscription : 22/02/2017

MessageSujet: Re: rp : noemor 1 - m'habituer à ta présence    Mer 1 Mar - 18:09

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝ m'habituer à ta présence ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://66.media.tumblr.com/tumblr_m0vx6vGnkm1r5tdn1.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> Je dois me battre avec elle, j’ai bien compris. Ce soir particulièrement. Je lui ai laissé le temps de prendre ses marques et peut-être que je n’aurai pas dû, que j’aurai simplement mieux fait de mettre les points sur les i plus tôt. Elle croit sûrement - et à tord - que le fait que Maïly s’entende bien avec elle lui donne tous les droits ? Que sa place est  définitive et qu’elle ne se trouve pas sur un siège éjectable ? Elle ferait mieux de revoir ses objectifs à la hausse à l’avenir, et pas dans le domaine de la provocation. Si elle veut pouvoir grandir et apprendre certaines choses, elle va devoir savoir fermer sa jolie bouche. Parce que trop c’est trop, et ce soir je commence à perdre patience. [color=#ff6699]« Bon, écoutez, d’accord. Mais si votre mari cherche ailleurs c’est pas de ma faute hein, et l’empêcher de voir des femmes nues ne va rien arranger. »[/color] Je serre les mâchoires, je commence à en avoir marre de son petit numéro. Elle me prend pour qui au juste ? Sa copine ? Je crois qu’on va avoir du mal à s’entendre, vraiment. Je ne comptais pas la blâmer, on fait tous des erreurs, mais la jeune femme me semble vraiment trop provocante, et ça commence sérieusement à me mettre hors de moi. Il est rare que je sente mon sang bouillir au point d’accélérer mon rythme cardiaque, mais là, c’est le cas, et je sais que ce n’est rien de bon. Une dernière fois je la réprimande en lui demandant d’aller se coucher, la traitant comme l’enfant qu’elle veut que je la traite. [color=#ff6666]« Bon bah bonne nuit. A moins que vous occupiez votre mari… »[/color] Je soupire bruyamment pour lui faire comprendre que je suis excédée de sa manière d’être, et décide de l’embêter une dernière fois, histoire qu’elle comprenne bien que ce n’est pas sa loi qui règnera dans cette maison. Elle revient, et pose mes mains à sa taille. [color=#ff6699]« Au pire, vous allez pas en mourir non ? Vu le temps qu’il vous reste à vivre, il va falloir accepter un peu le désordre de temps en temps ! »[/color] Mon coeur semble s’arrêter un instant, un instant qui me semble plus long qu’il ne le devrait. Je ne respire plus non plus, tout va très vite, tout se chamboule dans ma tête et ma main se crispe sur la poignée de la porte. Je suffoque légèrement, reprenant mon souffle du mieux que je peux.  Noemi se tourne vers moi et je dois être vraiment livide pour que son ton change à ce point là. [color=#ff6699]« Heu, tout va bien ? »[/color] Je déglutis avec difficulté, hochant la tête du mieux que je peux. [color=#9999ff]« Ça va. Bonne nuit Noemi. »[/color] Je ne veux pas qu’elle reste là, j’ai besoin d’être seule quelques minutes. Et a peine a-t-elle quitté la salle de bain que je ferme la porte à clé, m’y enfermant. Je me laisse glisser contre le mur et fonds en larmes, me prenant en pleine face ma situation de femme au destin déjà scellé. Et si elle avait raison. Pourquoi continuer de martyriser mon monde et laisser la trace d’une marâtre ? Je devrais changer, changer de comportement, de pensée, et peut-être laisser à mon entourage une image plus douce, moins coincée. Oui. Sans doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: rp : noemor 1 - m'habituer à ta présence    

Revenir en haut Aller en bas
 
rp : noemor 1 - m'habituer à ta présence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sheepirl, test :: RPG :: RPG-
Sauter vers: