AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 rp : noemor 3 - faire comme si tu n'existais pas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vicky

avatar

Messages : 30
Activité : 36
Date d'inscription : 22/02/2017

MessageSujet: rp : noemor 3 - faire comme si tu n'existais pas   Lun 13 Mar - 21:36

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝  faire comme si tu n'existais pas ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="https://media.giphy.com/media/l2YWBV91Tukbswc5W/giphy.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> Ces deux avocats se battent à corps et à sang pour défendre leurs parties, et je sais ô combien c’est une tâche ardue, pour avoir plusieurs années officié comme avocate au barreau de Wellington. Aujourd’hui, je suis juge, et j’ai sur les épaules la décision de l’avenir de certaines personnes. Je me dois d’être impartiale mais parfois mon coeur me dirige vers une voie qui ne l’est pas toujours. Certains cas pourtant sont plus faciles à traiter que d’autres, et j’ai tendance à toujours défendre la femme plus facilement, lui accorder grâce. Comme aujourd’hui. Ma journée terminée, je retire ma robe de juge et souffle un coup en discutant avec les jurés du cas que nous venons de clore. Encore une journée bien chargée, et elle n’est pas terminée puisque je dîne avec un couple d’amis que je n’ai pas vus depuis plusieurs années et qui sont de passage sur Wellington. Un grand restaurant chic, j’ai juste le temps de passer me changer à la maison, et je croise Cassiopée qui est en train de finir de donner à manger à Maïly. Je fronce un peu les sourcils, dépose un baiser sur le front de la petite fille qui me tend les bras, et pose mon regard sur ma benjamine.[color=#9999cc] « Ce n’est pas à Noemi de faire ça normalement ? »[/color] [color=#cc9999]« Elle a eu une urgence au bar, j’étais là quand elle a eu l’appel et je lui ai proposé de m’occuper de Maïly, elle vient de partir. J’aurai pas dû ? »[/color] Je hausse les épaules. [color=#9999cc]« Tu rends service à qui tu veux. »[/color] Je me tourne pour ouvrir le frigo et en sortir une bouteille d’eau pétillante, et c’est pendant que je m’en sers un verre que j’entends la voix de ma fille me demander. [color=#cc9999]« Y’a un souci avec Noemi ? »[/color] Je secoue la tête et me retourne, prenant appui sur le bar alors que je sirote mon Perrier. [color=#9999cc]« Non, je ne trouve juste pas ça très correct de sa part. Mais vous vous arrangez comme vous avez envie. »[/color] Il faut dire que depuis l’épisode dans mon bureau, j’ai tendance à éviter la blonde du mieux que je peux, je m’adresse à peine à elle et fais en sorte de ne pas avoir à me retrouver avec elle, seule ou non d’ailleurs. Je n’aurai jamais dû la laisser m’approcher comme elle l’a fait, de manière aussi charnelle. Elle aurait pu s’arrêter à une simple caresse sur la joue, une étreinte chaleureuse pour me remonter le moral. Mais non, cette gamine insolente a eu besoin de plus, comme tous les enfants d’aujourd’hui, on leur donne la main ils prennent le bras. Je ne supporte pas ce genre de comportement, d’autant plus quand ça porte atteinte à ma pudeur. Bref, je suis remontée contre elle, et ça ne risque pas de s’estomper du jour au lendemain. Je me force à oublier les sentiments contradictoire ressentis pendant le baiser qu’elle m’a volé, et lorsque ses mains frôlaient ma peau. Rien qu’en y repensant je sens une chaleur étrange m’envahir. [color=#9999cc]« Bon je vais prendre une douche et me préparer, j’ai le dîner avec les Johnson ce soir. »[/color] Cassiopée hoche la tête et j’embrasse à nouveau Maïly pour lui souhaiter une bonne nuit, avant de m’éclipser dans ma chambre. Douche, robe élégante, trench de marque, maquillage léger et je relève mes cheveux dans un chignon plutôt stricte, avant de le défaire en secouant la tête pour laisser mes cheveux naturels.
Le dîner se passe très bien, mis à part que Philip a été retenu au travail et que j’ai passé la soirée seule avec mes amis, me sentant légèrement abandonnée par mon époux. Mais j’en ai pris l’habitude depuis. Il est tard lorsque je quitte la maison de mes amis, je n’ai bu qu’un verre de vin, j’essaie de me raisonner ces derniers temps, quand on voit où ça m’a menée l’autre soir avec Noemi. Je me garde bien de dire que je ralentis ma consommation d’alcool, je me contente de faire passer ça sur le fait que je conduis et que je ne compte pas me faire arrêter par la police locale. Il est minuit passé quand je reprends le chemin de la maison, et au passage d’une rue, je crois reconnaître la silhouette de Noemi. Fronçant les sourcils, je ralentis, et suis désormais sûre qu’il s’agit de mon employée. J’appuie sur le bouton pour baisser la vitre électrique et me penche vers le siège passager pour qu’elle puisse voir que je ne suis pas un de ces pervers qui lui auraient demandé son tarif pour une nuit avec elle. [color=#9999cc]« Monte, je rentre à la maison. »[/color] Elle ne se fait pas prier et monte dans la mercedes de luxe. C’est dans un silence de mort que je reprends la route direction Island Bay, mais c’est sans compter un des pneus qui éclate sur une route que bien sûr je n’emprunte que rarement, et où le passage des voitures se fait rare. La voiture dévie légèrement et je m’arrête sur le bas côté en me retenant de lâcher un juron dont je n’ai pas l’habitude. Je sors de l’habitacle et me rends compte de l’état du pneu qui se trouve être totalement à plat. Après un soupir de désespoir je remonte en voiture et sors mon téléphone de mon sac pour appeler mon assurance et demander un dépannage d’urgence. Tu parles. [color=#9999cc]« D’ici une heure minimum ? Mais vous plaisantez ? Je suis coincée au milieu d’une forêt en pleine nuit ! »[/color] Il n’en ont rien à faire. Et le pire dans tout ça, c’est que je me retrouve seule, seule avec Noemi. Quelle belle idée.


Dernière édition par Vicky le Mer 15 Mar - 15:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: Re: rp : noemor 3 - faire comme si tu n'existais pas   Mar 14 Mar - 20:22

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝  faire comme si tu n'existais pas ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://49.media.tumblr.com/625be4d32b8c5936246eb7cca5f2aed1/tumblr_o351n5vKW21qcq8w0o3_250.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify">Les yeux de la petite fille dans sa chaise haute me font fondre littéralement. Sa petite moue enfantine, ses doigts fins s’agrippant à la cuillère en acier pleine de purée, Maïly respire la joie de vivre à plein nez. J’adore cette gamine, elle est tellement agréable à vivre, que ce soit dans son caractère comme dans ses gouts. Elle aime tout, sans exception, du légume le plus dégoutant de mon point de vue, aux pâtes les plus simples. M’occuper d’elle, j’adore ça, vraiment, et même si c’est super fatiguant, j’y prends un plaisir de dingue. La fillette met la cuillère dans son assiette, et me la tend en souriant. Ouais bon, moi j’aime pas ce qu’elle mange, j’trouve pas ça bon, mais c’est mignon. [color=#ff6666]« Mange Maïly, ça va refroidir. »[/color] Elle hoche la tête, et continue son repas lorsque j’entends mon téléphone sonner dans ma poche, et je fronce les sourcils. La dernière fille Manning se trouvant à côté, et après la deuxième sonnerie, elle me propose rapidement de m’occuper du repas de la petite fille pendant mon appel. Je la remercie, et m’éloigne pour répondre à Lucas, le gérant du bar. [color=#ff6666]« Oui, quoi ? […] tu te fous de moi ? tu m’appelles pour ça ? »[/color] Je fronce les sourcils, et l’appel continue, et je hausse le ton. [color=#ff6666]« Ecoute, c’est pas mon problème si la patronne couche avec elle […] non je peux pas venir là […] quoi ?! Elle est pas venue bosser ? […] elle se fou de ma gueule ! je bosse Lucas là je peux… » [/color]Je raccroche, et retourne vers les deux jeunes, en soupirant. Cassiopée semble à l’aise, et elle me propose gentiment de m’occuper de la fin du repas, pour que je puisse aller au travail au plus vite. Je hoche la tête, la remercie, et après avoir envoyé un sms au gérant pour lui dire que j’arrive au plus vite. J’attrape de la monnaie pour prendre le bus, puisque ma voiture est en révision jusqu’à demain, décidément, c’est pas mon jour.

La soirée se passe et je ne sais même pas ce que je suis venue faire, ça me dégoute. Tawny est là, et même si la deuxième manager n’est pas venue bosser, pour une raison que j’ignore complètement, Lucas sait très bien que la barmaid sait se débrouiller et prendre ma place de temps en temps. Et je bosse en plus, j’ai laissé mon boulot à une gamine de vingt piges, et mes responsabilités avec. Je sais très bien qu’il n’aime pas Tawny, mais bon sang, de là à ne pas lui faire confiance juste parce que soit disant elle couche avec la patronne, c’est vraiment n’importe quoi ! Le service se déroule dans la  mauvaise humeur puisque la mienne s’est rependu comme la peste à peine avais-je mis le pied dans ce foutu bar. Minuit arrive vite, et je décide de ne pas attendre la fin du service, et préviens l’équipe que je suis fière d’eux, pour ce service malgré mon humeur déprimante à cause de cette obligation. Je sors du bar en soupirant, et traine dans les rues de Wellington, marmonnant dans mes dents sans arrêt, profitant de ce calme pour réfléchir. Il y a quelques jours, j’ai embrassé ma patronne. Ouais, et bon sang, depuis, j’arrête pas d’y penser, c’était tellement intense, étrange, bizarre, chelou, sentimental, ouais non c’était pas sentimental, en fait je ne sais pas quel adjectif irait le mieux à ce baiser. La femme m’ignore depuis, je dirais même qu’elle m’évite. C’est un peu mon cas aussi, moins je lui parle depuis, mieux je me porte, en fait j’sais pas comment lui parler et quoi lui dire. Le bruit d’une voiture qui ralentie me sort de mes pensées, et je me tourne vers elle en fronçant les sourcils. Pitié qu’on me prenne pas encore pour une pute, c’est trop angoissant comme situation. Heureusement, la vitre s’abaisse, et la tête de la juge apparait, et je soupire de soulagement. [b]« Monte, je rentre à la maison. »[/b] Je tente un sourire pas vraiment sincère, et monte rapidement sur le siège passager, sans dire un mot. Le silence s’installe, lourd, pesant, et je ne sais même pas quoi dire tellement la situation est gênante. La voiture roule, et rapidement, l’embrouille arrive quand la voiture dévie sur la route. Je fronce les sourcils, et panique un peu, sentant déjà la merde arriver. La conductrice s’arrête, et sors, et je ne bouge même pas, et respire en espérant que ce n’est rien de grave. Putain c’est vraiment pas mon jour ! Eleanor remonte dans la voiture, et passe un appel, et je comprends rapidement que c’est juste un pneu qui vient de lâcher. Dans un sens tant mieux, mais ce que j’entends de l’appel ne m’enchante pas vraiment. [b]« D’ici une heure minimum ? Mais vous plaisantez ? Je suis coincée au milieu d’une forêt en pleine nuit ! »[/b] Je fronce les sourcils, et frissonne, alors qu’elle termine son appel. Ouais donc en fait là je vais me retrouver en tête à tête pendant une heure minimum, avec une femme qui essaie de m’éviter depuis des jours ? L’attente s’annonce joyeuse, pleine d’amour ! Je soupire, et lâche enfin quelques mots.[color=#ff6666] « Décidément, quitte à me retrouver seule avec vous, j’aurai préféré dans votre bureau au moins c’est pas flippant. »[/color] Je me racle un peu la gorge, et ris nerveusement. Je soupire un peu, je ne sais pas vraiment comment me détendre. J’aime pas cette idée de me retrouver seule avec elle, j’suis encore sous le choc de notre baiser. [color=#ff6666]« Excusez moi, c’était déplacé je crois. »[/color] Je n’ose même pas la regarder dans les yeux, et je détourne le regard.


Dernière édition par Mathilda le Mer 29 Mar - 19:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Vicky

avatar

Messages : 30
Activité : 36
Date d'inscription : 22/02/2017

MessageSujet: Re: rp : noemor 3 - faire comme si tu n'existais pas   Mer 15 Mar - 15:21

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝  faire comme si tu n'existais pas ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="https://media.giphy.com/media/l2YWBV91Tukbswc5W/giphy.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> C’est pas vrai, mais la chance ne tourne pas bien rond chez moi ces derniers temps. Je rage à l’intérieur de moi sans me donner le droit de l’extérioriser. Pourtant, le pauvre homme de l’assurance se prend ma colère en plein dans les oreilles, et je sais pourtant qu’ils ne pourront pas faire mieux. Une heure, mon dieu, une heure seule dans l’habitacle de cette voiture avec Noemi. J’ai l’impression d’être maudite. Ai-je été une si mauvaise personne que ça pour avoir à en payer le prix fort de cette manière ? Je garde les mâchoires serrées, les mains sur le volant, je suis à deux doigts de me laisser aller et faire tomber ma tête sur ce dernier. Mais Noemi est là, et j’ai toujours eu du mal avec le regard des gens. Même le sien. Surtout le sien.[color=#ff6666] « Décidément, quitte à me retrouver seule avec vous, j’aurai préféré dans votre bureau au moins c’est pas flippant. »[/color] Je fronce les sourcils en l’entendant rire et je tourne la tête pour la regarder, pas sûre de vouloir vraiment comprendre à quel moment cette plaisanterie aurait dû être amusante.[color=#ff6666] « Excusez moi, c’était déplacé je crois. »[/color] [color=#9999cc]« Ça l’était effectivement. »[/color] Mon ton est froid, comme à mon habitude, certainement même encore plus qu’il ne l’est en temps normal. Je soupire fortement et laisse ma tête tomber en arrière contre l’appuie-tête, fermant les yeux avant de passer mes mains sur mon visage. [color=#9999cc]« D’ailleurs pourquoi tu n’es pas allée travailler en voiture ce soir ? » [/color]Je tourne la tête vers elle mais ne parviens pas à garder mon regard posé sur elle pendant trop longtemps, les images de ce baiser revenant au galop dans mon esprit alors que je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour l’en chasser. [color=#9999cc]« A propos de ce soir, je trouve un peu déplacé de ta part que tu aies accepté une urgence au bar alors que Maïly n’était même pas encore couchée. Cassiopée m’a dit que c’était elle qui t’avait proposé de finir de s’en occuper, mais cette enfant est censée être ta priorité Noemi. »[/color] Mon ton sonne comme un reproche, et c’est le cas. Je ne sais pas m’adresser à elle autrement depuis le soir que nous avons passé toutes les deux dans mon bureau. Je préfère ne pas repenser à ce moment, je n’étais pas moi-même, l’alcool avait envahi mon sang et mis en pause mon cerveau. Un frisson désagréable me saisit quand je me remémore ses lèvres s’approcher des miennes, je ne comprends toujours pas aujourd’hui comment j’ai pu la laisser faire, ne pas la repousser. Embrasser une femme, mon dieu pardonnez-moi. Et moi qui croyais Noemi aimer les hommes, elle baisse décidément beaucoup dans mon estime ces derniers temps. Je secoue la tête, les yeux rivés sur le pare-brise. [color=#9999cc]« Tu n’as personne qui pourrait venir te chercher pour te ramener à la maison ? »[/color] Le sous-texte est compréhensible, je préfère encore être seule qu’en sa compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: Re: rp : noemor 3 - faire comme si tu n'existais pas   Mer 15 Mar - 18:00

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝  faire comme si tu n'existais pas ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://49.media.tumblr.com/625be4d32b8c5936246eb7cca5f2aed1/tumblr_o351n5vKW21qcq8w0o3_250.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify">Quand la journée commence mal, en général, elle termine de la même façon. Ce matin, j’me suis levée de mauvais poil, fatiguée, à cause du peu de sommeil de faute à ma conquête d’hier soir. Je suis partie de la maison des Manning à vingt-et-une heure, pour le bar, et j’ai terminé dans le lit d’une cliente, et clairement, c’était pas pour dormir. C’est sans oublier que je suis rentrée un peu tard, et moins de deux heures de sommeil plus tard, tornade Maïly était réveillée et pleine d’énergie. Alors autant dire que la fatigue, et mon humeur exécrable depuis le baiser avec la femme Manning, j’avais pas passé une très bonne journée. Franchement, la nature aurait pu être cool et me donner un peu de chance ? Mais non, j’avais été rappelé par le travail pour une urgence, et en repartant, la vieille m’avait récupéré, et nous voilà maintenant en panne sur le bord de la route, en train d’attendre un dépanneur qui n’arrivera pas avant au moins une heure. Rapidement, j’essaie de briser le silence, mais vu que j’suis maladroite et que je ne réfléchis pas avant de parler, j’évoque sans même m’en rendre compte notre baiser de la dernière fois, du moins, le bureau. Je ris nerveusement, et m’excuse, me rendant compte que c’est vraiment déplacé. [i]Noemi, t’es vraiment conne, ferme là ça vaut mieux pour toi. [/i][b]« Ça l’était effectivement. »[/b] Congélateur Manning est au taquet ce soir, et je la regarde soupirer, et poser sa tête sur la tettière. Quant à moi, je décide de me taire, mais évidement, elle reprend la parole. [b]« D’ailleurs pourquoi tu n’es pas allée travailler en voiture ce soir ? » [/b]Je tourne la tête, en même temps qu’elle, et nos regards se croisent un millième de seconde, avant que nous ne tournions la tête ailleurs en même temps encore une fois. [color=#ff6666]« Elle est en révision. »[/color] Je souffle, et attrape mon téléphone pour regarder l’heure, qui passe vraiment lentement. Des fois, j’aimerais bien contrôler le temps ! [b]« A propos de ce soir, je trouve un peu déplacé de ta part que tu aies accepté une urgence au bar alors que Maïly n’était même pas encore couchée. Cassiopée m’a dit que c’était elle qui t’avait proposé de finir de s’en occuper, mais cette enfant est censée être ta priorité Noemi. » [/b]Je soupire, consciente que je viens encore de me prendre un reproche dans la face. De toute façon, plus je la connais, et plus je me rend compte que cette femme ne sait rien faire d’autre que critiquer, être froide, se plaindre de mon travail. Elle est vraiment jamais contente, c’est incroyable ! Pour ce soir, elle a raison, c’est vrai mais bon dieu, c’est la première fois que je fais ça. Elle préférait quoi ? Que je prenne Maïly avec moi pour aller bosser ? C’est vraiment inutile comme remarque, j’ai conscience de ça. [color=#ff6666]« Justement, elle est ma priorité. J’allais pas la prendre avec moi pour aller au bar, j’ai pensé qu’elle était mieux avec votre fille. Je me suis trompée, encore une fois ? »[/color] J’insiste bien sur la fin de ma phrase, qui montre à quel point j’en ai marre de me prendre des réflexions. Avant, je les acceptais, mais depuis notre baiser… c’est de plus en plus récurrent, et j’en peux plus, elle sait pas me parler autrement c’est insupportable. Le fait même de me dire bonjour sonne comme un reproche des fois, c’est n’importe quoi. [color=#ff6666]« Elle est ma priorité, mais pas la seule, c’est vrai. Et là, désolé, mais j’avais un truc urgent à régler. »[/color] Je n’ai pas envie de donner de détail, ça sert à rien et puis à quoi bon ? Elle en a rien à foutre. Je tourne la tête vers elle pour la regarder. Je ne comprends pas pourquoi elle est comme ça, enfin, depuis le baiser j’veux dire, pourquoi elle essaie de me rendre coupable. Ce baiser… c’est pas la mort non plus. On a rien fait de plus, et même si je peux comprendre que c’est trop bizarre, bah voilà, c’est pas grave non plus. Je souffle, et me tourne vers elle quand elle s’adresse à nouveau à moi. [b]« Tu n’as personne qui pourrait venir te chercher pour te ramener à la maison ? »[/b] J’écarquille les yeux, non pas choquée par sa question, mais plutôt par l’énorme sous entendu. En fait, je la dérange, c’est ça. Elle a pas envie d’être avec moi. Pourquoi elle m’a proposé de me ramener alors ? Elle était pas obligée, j’ai rien demandé. Je rêve. Et puis tant bien même, maintenant, elle n’a plus le choix, les seules personnes qui pourraient venir sont mes sexfriends, et on sait comment ça va terminer, et je doute qu’Eleanor apprécie que ça se passe sous son toit. [color=#ff6666]« Si, j’peux appeler une de mes sexfriends, mais bon, dans ce cas là, je serais obligée de la remercier dans mon lit, et je doute que ça vous plaise. » [/color]Mon ton est provocateur, plus que d’habitude. Cette femme m’énerve, me déstabilise, et je sais pas quoi penser d’elle. La fatigue présente, ça n’arrange rien. [color=#ff6666]« Alors non, vous allez devoir me supporter. Désolé. »[/color] Je sais même pas pourquoi je m’excuse, c’est pathétique, elle s’en fou. En un sens, elle m’énerve mais dans un autre… elle me rend folle.


Dernière édition par Mathilda le Mer 29 Mar - 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Vicky

avatar

Messages : 30
Activité : 36
Date d'inscription : 22/02/2017

MessageSujet: Re: rp : noemor 3 - faire comme si tu n'existais pas   Mer 15 Mar - 18:52

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝  faire comme si tu n'existais pas ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="https://media.giphy.com/media/l2YWBV91Tukbswc5W/giphy.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> Noemi m’annonce que sa voiture est en révision. Elle me répond aussi brièvement que ma voix est froide. Je suis consciente que le côté glacial de la situation ne vient que de moi. Mais que je sache, ce n’est pas moi qui suis allée l’embrasser. Je ne sais même pas pourquoi je pense encore à ça, j’ai bien essayé de mettre ce souvenir de côté dans un coin de ma tête, mais chaque fois que je regarde Noemi j’y repense, c’est plus fort que moi, et ça me ronge de l’intérieur. Voilà pourquoi je suis aussi froide avec elle, aussi distante, et pourquoi je lui reproche un maximum de choses. [color=#ff6666]« Justement, elle est ma priorité. J’allais pas la prendre avec moi pour aller au bar, j’ai pensé qu’elle était mieux avec votre fille. Je me suis trompée, encore une fois ? »[/color] Je soupire de manière exagérée et secoue la tête de gauche à droite sous son insolence légendaire. [color=#9999cc]« J’aurai sans doute préféré que tu me préviennes, ou que tu ne partes qu’après l’avoir couchée, je sais pas… »[/color] Je m’embrouille toute seule, elle fait tourner mon cerveau à l’envers, c’est quand même quelque chose ![color=#ff6666] « Elle est ma priorité, mais pas la seule, c’est vrai. Et là, désolé, mais j’avais un truc urgent à régler. »[/color] Je serre de nouveau les mâchoires de l’entendre me parler sur ce ton, je me suis battue pour que mes enfants ne me manquent jamais de respect, et j’ai l’impression que Noemi ne fait que ça, comme si elle prenait un malin plaisir à mettre tout en oeuvre pour que je sorte de mes gonds. Je suis difficilement influençable et encore moins facile à énerver, mais cette jeune femme me met dans des états que je ne connaissais pas avant de la côtoyer. Et je vous assure que c’est extrêmement désagréable. Aussi désagréable que l’est ma question, celle que je lui pose pour lui faire comprendre que je ne suis pas des plus à l’aise en sa compagnie. Je la vois écarquiller les yeux, visiblement surprise. Elle semble réfléchir un peu, et j’aimerai juste qu’elle me dise que oui, elle peut appeler son ou sa meilleure amie pour que quelqu’un vienne la délivrer, me délivrer par la même occasion.[color=#ff6666] « Si, j’peux appeler une de mes sexfriends, mais bon, dans ce cas là, je serais obligée de la remercier dans mon lit, et je doute que ça vous plaise. »[/color] Doux jésus. J’écarquille les yeux en la regardant, est-elle vraiment sérieuse ? [color=#ff6666]« Alors non, vous allez devoir me supporter. Désolé. »[/color] Je cligne des yeux sans la quitter de mon regard, mon coeur s’étant considérablement accéléré dans ma poitrine à l’idée qu’elle puisse s’adonner à des pratiques sexuelles sous mon toit, avec une femme de surcroît. [color=#9999cc]« Je crois que… »[/color] Que je suis incapable de terminer cette phrase et je me contente de tendre la main jusqu’à la poignée, ouvrir la porte et sortir de l’habitacle pour respirer un peu. Je ne sais pas comment elle arrive à me mettre autant hors de moi. Je referme la portière et m’appuie contre cette dernière, le dos reposant contre la vitre, et je prends de grandes inspirations, passant mes mains dans mes cheveux pour tenter de calmer tout ce mélange de sentiments qui sévissent en moi. Les minutes défilent et je pèse le pour et le contre, lui parler ou ne pas lui parler, essayer de me contenir quand il s’agit de lui faire des reproches ou continuer de lui en faire, ou au mieux, parler le plus calmement possible de ce qu’il s’est passé. Je suis une adulte responsable, la seule d’entre nous, et si je dois être celle qui prendra la bonne décision, je me dois de le faire correctement. Je prends une dernière inspiration et entre à nouveau dans la voiture, soupirant, les yeux rivés sur le volant. [color=#9999cc]« Je crois qu’il faudrait qu’on arrive à discuter calmement. »[/color] Cette fois je tourne la tête vers elle, mon ton est beaucoup plus calme que tout à l’heure, et je me dois de me contenir au maximum. La jeune femme semble être encline à la discussion, et je me lance, d’un ton posé et d’une voix presque un peu trop douce pour les circonstances. [color=#9999cc]« Je suis désolée de te faire tous ces reproches depuis… enfin…. »[/color] Je soupire légèrement et lève les yeux au ciel pour reprendre contenance, du mieux que je peux. [color=#9999cc]« Je ne comprends pas Noemi. Que tu prennes du plaisir à embrasser des femmes, après tout, c’est ton problème, je ne compte pas te faire changer d’état d’esprit même si entre nous, je ne comprends pas ce penchant qui à mon sens n’est pas sain, mais soit. »[/color] Je me pince un peu les lèvres, me rendant compte qu’une fois encore, je tends à la juger, or ce n’est pas tout à fait mon but premier.[color=#9999cc] « Je ne comprends seulement pas pourquoi tu m’as embrassée, moi. Je veux dire… je doute que je sois ton genre, et à part mettre un sacré bazar dans ma tête, ça n’a pas servi à grand chose. Hormis sans doute mon envie de te tenir le plus éloignée possible de moi. Il y a quelque chose que je dois savoir ? »[/color] Je n’en sais rien, j’ai pourtant du mal à croire qu’elle nourrisse une véritable attirance pour une femme de mon âge. Elle est peut-être amoureuse de Jennifer, ou de Cassiopée, et elle veut se venger de quelque chose ? Je suis en train de véritablement perdre la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: Re: rp : noemor 3 - faire comme si tu n'existais pas   Jeu 16 Mar - 20:07

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝  faire comme si tu n'existais pas ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://49.media.tumblr.com/625be4d32b8c5936246eb7cca5f2aed1/tumblr_o351n5vKW21qcq8w0o3_250.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify">Je pense sérieusement que faire des reproches, c’est dans l’essence de la mère Manning. Jamais ô non, jamais elle me dit que je fais les choses parfaitement, elle passe son temps à me critiquer, que ce soit ma personnalité ou mon travail, et je ne comprends pas. Et c’est encore pire depuis que je l’ai embrassé, ça en devient presque invivable, vraiment. Elle est froide, elle critique tout, reproche tout, n’est jamais  contente. C’est une vipère, vraiment, et ça me désole, je comprends même pas pourquoi je l’ai embrassé, pourquoi j’ai soudainement eu ce désir d’elle, cette pulsion si incontrôlable. Quoi qu’il en soit, elle vient de me faire comprendre que la petite fille doit être ma priorité, et je lui explique qu’elle l’est, et que je ne voulais pas la prendre avec moi au bar. Elle soupire, et reprend la parole. [b]« J’aurai sans doute préféré que tu me préviennes, ou que tu ne partes qu’après l’avoir couchée, je sais pas… » [/b]Je la fixe, et reprend la parole pour insister sur le fait qu’elle n’est pas ma seule priorité. Oui c’est vrai, j’aurais pu la prévenir ou attendre qu’elle dorme, mais je ne l’ai pas fait et c’est comme ça, ça sert à rien d’envisager des alternatives maintenant. Un petit silence s’installe, pendant de courtes minutes, et Eleanor le brise en me demandant si je n’ai pas quelqu’un pour venir me chercher. Sous entendu : je veux que tu te casses. Choquée, j’écarquille les yeux, et réfléchis un moment à la réponse. Elle est vraiment gonflée cette femme quand même, je suis gentille, quoiqu’un peu insolente oui c’est vrai, mais c’est elle qui m’a proposé de me ramener, et maintenant elle veut plus. Finalement, j’opte pour l’insolence une nouvelle fois, et lui balance que je peux appeler une de mes sexfriends, mais qu’elle terminera dans mon lit. Je souffle, et termine par lui dire qu’elle va devoir me supporter, en m’excusant au passage, sans trop savoir pourquoi. La vieille femme reste là, figée, à cligner des yeux comme un clignotant, et je soupire un peu.[b] « Je crois que… »[/b] Je fronce les sourcils, et la regarde sortir de la voiture, et soupire de soulagement. J’imagine que je n’aurais pas du dire ça, et je souffle un peu, avant de sortir mon téléphone, et de mettre mes jambes sur l’airbag, en m’allongeant un peu. Je parcoure les réseaux sociaux, envoie des sms à une de mes amies d’enfance, Sulli pour lui demander comment se passe sa grossesse, et en envoie un autre à une barmaid, Tawny, pour lui dire qu’il faut qu’elle soit plus discrète avec Kaylian, car Lucas est au courant. En tant que manager, mon rôle serait plutôt de la remettre en place mais clairement… je comprends sa manière de vivre. Les minutes passent, et Eleanor est encore dehors, à faire je ne sais quoi, et je commence à me dire qu’elle ne va jamais revenir à l’intérieur. Je soupire un peu, et fouille dans mon sac pour trouver une cigarette, mais malheureusement pour moi, elle rentre à ce moment là. [b]« Je crois qu’il faudrait qu’on arrive à discuter calmement. » [/b]Je hoche la tête, et elle tourne la tête vers moi. Je soupire un peu, et décide de l’écouter, en espérant qu’elle se soit calmée un peu, j’ai pas envie de me reprendre encore un reproche dans la tronche. [b]« Je suis désolée de te faire tous ces reproches depuis… enfin…. »[/b] [color=#ff6666]« Depuis qu’on s’est embrassées. »[/color] Je lui souris un peu, pour lui montrer qu’elle a le droit de le dire, que ce n’est pas un blasphème non plus, enfin pour elle certainement, mais dans la société… ça n’en est pas un. On a le droit d’embrasser quelqu’un, et on ne doit pas en avoir honte. [b]« Je ne comprends pas Noemi. Que tu prennes du plaisir à embrasser des femmes, après tout, c’est ton problème, je ne compte pas te faire changer d’état d’esprit même si entre nous, je ne comprends pas ce penchant qui à mon sens n’est pas sain, mais soit. » [/b]Sa dernière phrase me fait écarquiller les yeux, et je comprends rapidement que ce n’était pas dans sa volonté de me dire ça, et de me juger encore une fois. L’homosexualité, enfin le fait d’aimer les femmes, c’est pas forcément accepté partout, et encore moins dans la religion, j’le sais bien, mes parents adoptifs ont eu du mal à s’y faire eux aussi. Et vu que cette femme est sainte nitouche, je comprends. N’empêche que je lui en veux un peu, déjà que j’me sens différente des fois, là elle accentue ce sentiment. [b]« Je ne comprends seulement pas pourquoi tu m’as embrassée, moi. Je veux dire… je doute que je sois ton genre, et à part mettre un sacré bazar dans ma tête, ça n’a pas servi à grand chose. Hormis sans doute mon envie de te tenir le plus éloignée possible de moi. Il y a quelque chose que je dois savoir ? »[/b] Je baisse un peu ma tête, ne sachant pas vraiment quoi répondre. En fait, je sais pas trop pourquoi non plus, c’était… instinctif, une pulsion incontrôlable, et aujourd’hui encore je ne comprend pas. Enfin je veux dire, j’ai toujours aimé les personnes plus vieilles que moi, mais vieille comme ça… non, jamais. Et mariée en plus. L’horreur, l’infidélité. On s’est juste embrassée, mais ce que j’ai ressenti à ce moment là, ce n’était pas qu’un baiser incontrôlé sans conséquence, c’était plus que ça. C’est peut être le bazar dans sa tête, mais ça l’est dans le mien aussi. Je n’ai jamais ressenti un truc pareil avant, je sais même pas comment qualifier ça, et le pire, c’est que je ne la désire même pas sexuellement parlant, c’est incroyable pour moi et si soudain. J’ai juste envie de ses lèvres, sucrées à cause du vin, juste de ça. Et j’ignore la raison, je sais juste que je suis terrorisée. [color=#ff6666]« Non, vous n’êtes pas mon genre. Pour être honnête, j’ai pour habitude de coucher directement après le baiser. »[/color] Mes paroles sortent sans même que je m’en rende compte, et je me rattrape. [color=#ff6666]« Je n’ai pas ressenti cette attirance si vous avez peur… c’était juste… j’en sais rien. »[/color] J’hausse les épaules, et soupire avant de reprendre la parole. [color=#ff6666]« Je sais pas pourquoi, c’était incontrôlé de ma part, je suis désolée Eleanor, tellement désolée. »[/color] Je lui attrape rapidement la main, avant de la lâcher pour ne pas insister sur ce contact physique bref. Je décide de m’excuser, une nouvelle fois, mais de la manière la plus maladroite possible. [color=#ff6666]« Vraiment désolée… en plus vos lèvres sont vachement sucrées, vous n’imaginez pas la frustration de me dire que je vais plus jamais y toucher… » [/color]J’écarquille les yeux à cause de ma connerie, et passe ma main dans mes cheveux. [color=#ff6666]« Merde ! Je voulais pas dire ça, j’suis désolée, putain. »[/color]


Dernière édition par Mathilda le Mer 29 Mar - 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Vicky

avatar

Messages : 30
Activité : 36
Date d'inscription : 22/02/2017

MessageSujet: Re: rp : noemor 3 - faire comme si tu n'existais pas   Ven 17 Mar - 18:38

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝  faire comme si tu n'existais pas ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="https://media.giphy.com/media/l2YWBV91Tukbswc5W/giphy.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> Une fois de retour dans la voiture, je prends mon courage à deux mains pour essayer de parler avec Noemi, même si je sais que ça ne sera pas chose facile. Nous sommes deux opposées, deux pôles inversés, et je ne sais toujours pas comment nous en sommes arrivées à nous rapprocher au moins qu’elle arrive à m’embrasser. Je tente de commencer la discussion en douceur, du mieux que je peux, et bute déjà sur le terme. [color=#ff6666]« Depuis qu’on s’est embrassées. »[/color] Je me pince les lèvres légèrement parce que j’ai envie de la reprendre et lui signifier que non, moi je n’ai embrassé personne, elle m’a embrassée et je ne sais pas pourquoi je l’ai laissée faire. La nuance est peut-être minime mais elle a pour moi son importance. Pour autant, je ne relève pas ses mots et continue ce que j’ai à lui dire. Ce n’est pas chose aisée, mais je suis l’adulte dans l’histoire, elle est loin de se comporter comme tel à mon sens, et si je dois le faire pour deux, alors je le ferai. Elle s’occupe très bien de Maïly et je n’ai pas envie de me séparer d’elle. Pourtant, je sais qu’il faut qu’on mette les choses à plat si on veut arriver à cohabiter. Le souvenir de ce moment est déjà bien assez pénible, si je dois encore rendre les choses plus difficiles en accablant la jeune femme, on va jamais y arriver. Mais j’ai besoin de comprendre. Une fois mes questions posées, je laisse un temps de latence, prenant une grande inspiration tellement j’ai la hantise de ses réponses. Elle baisse la tête et je la regarde faire, pensant sans doute qu’elle essaie de réfléchir aux mots à employer, ce qui entre nous m’étonnerait vraiment venant d’elle. [color=#ff6666]« Non, vous n’êtes pas mon genre. Pour être honnête, j’ai pour habitude de coucher directement après le baiser. »[/color] Sainte Marie mère de Dieu ! Mon souffle se coupe, je me pince encore les lèvres et détourne le regard pour ne pas qu’elle voit la peur sur mon visage. [color=#ff6666]« Je n’ai pas ressenti cette attirance si vous avez peur… c’était juste… j’en sais rien. »[/color] Je ne suis pas sûre d’être totalement rassurée, mais je ne dis rien, un peu trop choquée pour arriver à dire quoi que ce soit. [color=#ff6666]« Je sais pas pourquoi, c’était incontrôlé de ma part, je suis désolée Eleanor, tellement désolée. » [/color]Je me contente de hocher la tête en me raclant la gorge, mal à l’aise.[color=#9999cc] « J’entends tes excuses. » [/color]Mais voilà qu’elle vient poser sa main sur la mienne, et ce soir, je n’ai pas bu assez pour la laisser faire. Au même moment où elle retire sa main, je lève la mienne pour la passer dans mes cheveux, dans le seul but d’échapper à son contact. Je suis terriblement mal à l’aise, et les perles de sueur dans mon front en sont le témoin. [color=#ff6666]« Vraiment désolée… en plus vos lèvres sont vachement sucrées, vous n’imaginez pas la frustration de me dire que je vais plus jamais y toucher… »[/color] Cette fois, les yeux écarquillés, je la regarde, cherchant à savoir si elle n’est pas encore en train de me faire une blague idiote juste pour me mettre encore plus mal à l’aise. [color=#9999cc]« Noemi ! »[/color] C’est sorti tout seul, comme si je réprimandais un de mes enfants.[color=#ff6666] « Merde ! Je voulais pas dire ça, j’suis désolée, putain. » [/color]Je viens poser mes coudes sur le volant et joins mes mains avant de poser mes lèvres contre ces dernières, fermant les yeux en soupirant. [color=#9999cc]« Ça peut pas continuer comme ça Noemi. »[/color] Je secoue la tête et me fais violence pour la regarder. [color=#9999cc]« Je suis mariée, j’ai trois enfants, trente ans de plus que toi, et j’étais saoule le jour où ça s’est passé. Alors non, ça ne se reproduira jamais, et je te prie de bien vouloir arrêter d’espérer  ou de repenser à ça ! »[/color] Je lève les yeux au ciel, j’ai chaud, je sens un vent de panique s’emparer de moi de manière étrange. Je regarde à l’extérieur et continue de lui parler sans la regarder. [color=#9999cc]« Comment une fille comme toi peut avoir envie d’embrasser une femme comme moi. J’ai vraiment du mal à saisir… »[/color] C’est comme si je pensais à voix haute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: Re: rp : noemor 3 - faire comme si tu n'existais pas   Sam 18 Mar - 11:07

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝  faire comme si tu n'existais pas ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://49.media.tumblr.com/625be4d32b8c5936246eb7cca5f2aed1/tumblr_o351n5vKW21qcq8w0o3_250.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify">La femme rentre à nouveau dans la voiture, et à première vue, son ton semble s’être calmé, mais j’imagine qu’il ne faut pas trop rêvé. Etonnement, elle reste calme, et s’excuse même de me faire autant de reproche, depuis que nous nous sommes embrassées. Ah la vache, je m’y attendais pas mais alors pas du tout à ça ! Enfin, au moins, elle le reconnait et c’est pas plus mal. Rapidement, elle continue sur le sujet, et m’avoue ne pas comprendre pourquoi je l’ai embrassé, tout ça, en précisant bien qu’elle ne trouve pas ça sain, d’embrasser les femmes. Je soupire un peu en l’écoutant et à la fin de son monologue,  je mets un peu de temps à répondre. Finalement, c’est au bout de quelques minutes que je lui réponds, qu’elle n’est pas mon genre et qu’en plus, d’habitude, je couche directement après le baiser. Je me rattrape après, pour la rassurer, et finalement, je termine par m’excuser de ça, lui expliquant que je ne sais pas vraiment pourquoi j’ai fais ça. Et c’est vrai, j’ai beau chercher, j’en sais rien, c’était intuitif, une pulsion incontrôlable, et c’était vraiment trop bizarre. [b]« J’entends tes excuses. »[/b] Je lui souris, et attrape sa main, mais la relâche aussitôt en la regardant. Ses perlettes de sueurs sur son front m’indique que je lui fais de l’effet, et je me sens un peu flattée, là maintenant que j’en oublie à qui je parle, et je lui avoue que je suis frustrée de ne plus jamais toucher à ses lèvres, peut être. Putain, j’suis un peu conne de dire ça, et maintenant, j’vais encore me  faire engueuler. [b]« Noemi ! »[/b] Je passe une main dans mes cheveux, et m’excuse, une nouvelle fois, en ajoutant une injure à la fin de cette excuse. Je suis un peu trop spontanée quand même, va falloir que j’y travaille, surtout avec cette femme là, car je tiens à mon travail. Je ne sais pas quoi dire de plus, et je continue à la fixer, sans trop savoir quoi faire. Ouais, j’ai dis une connerie et voilà qu’un malaise s’installe maintenant. [b]« Ça peut pas continuer comme ça Noemi. »[/b] Je hoche la tête, mais je ne comprends pas vraiment où elle veut en venir, et j’ai un peu la trouille tout à coup. Elle veut me virer ? C’est ça. Putain, merde alors. Elle tourne la tête pour me regarder, et je penche un peu la tête pour écouter ce qu’elle a à me dire. [b]« Je suis mariée, j’ai trois enfants, trente ans de plus que toi, et j’étais saoule le jour où ça s’est passé. Alors non, ça ne se reproduira jamais, et je te prie de bien vouloir arrêter d’espérer ou de repenser à ça ! »[/b] Je ris un peu, nerveusement. Ouais c’est vrai que c’est un peu chelou, de se dire qu’elle a trente piges de plus que moi. En fait elle a presque l’âge de ma mère adoptive, et c’est bizarre quand même ! J’embrasserais jamais ma mère, elle est trop vieille, mais cette femme là, c’est différent, j’en sais rien. Et c’est facile de me dire d’arrêter d’y penser, et d’espérer, mais c’est humain quand même. Je la regarde, et ses joues rouges m’indiquent qu’elle a certainement très chaud, pourtant, c’est pas comme si il faisait 95°F dehors ! [color=#ff6666]«  C’est facile de me demander ça, mais j’suis sûre que vous y pensez vous aussi. »[/color] Je hoche la tête, et nous nous détournons chacune du regard de l’autre. J’suis sûre que cette femme pense à moi, ça se voit. Ça la hante, j’en suis certaine, et c’est drôle à y penser ! En plus, son mari est tout vieux et c’est bientôt un fossile, alors que moi j’suis jeune, j’suis comme un homard sorti de sa coquille ! Toute fragile… Je souris un peu en y pensant, et écoute Eleanor lorsqu’elle reprend la parole. [b]« Comment une fille comme toi peut avoir envie d’embrasser une femme comme moi. J’ai vraiment du mal à saisir… » [/b]Je tourne à nouveau la tête vers elle, ne sachant pas trop quoi répondre. Elle se rabaisse en fait, c’est ça, elle se sent inférieure, et je trouve ça mignon. Putain, j’suis pas censée trouver ça mignon ! Je lui adresse un immense sourire, et glisse une main dans mon cou. [color=#ff6666]« Faut pas chercher bien loin, vous êtes attirante pour votre âge. »[/color] Ouais, enfin c’est pas trop le cas, mais je sais pas vraiment quoi dire d’autre. Je sais même pas pourquoi je l’ai embrassé, alors je ne peux donner que des hypothèses, dont je suis presque sûre de la véracité. [color=#ff6666]« J’pense que votre mari vous montres pas assez qui vous êtes. Déjà, ce que vous m’avez dit la dernière fois… »[/color] comme quoi il n’était pas un dieu au lit. [color=#ff6666]« Bah moi ça me fait vachement de peine pour vous quand même. » [/color]Ouais, ça me fait pitié presque. Si ça se trouve, cette femme ne sait même pas ce qu’est un orgasme, tout ça car son mari est nul ! Enfin, pas que son mari, les hommes sont nuls en général…


Dernière édition par Mathilda le Mer 29 Mar - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Vicky

avatar

Messages : 30
Activité : 36
Date d'inscription : 22/02/2017

MessageSujet: Re: rp : noemor 3 - faire comme si tu n'existais pas   Sam 18 Mar - 16:36

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝  faire comme si tu n'existais pas ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="https://media.giphy.com/media/l2YWBV91Tukbswc5W/giphy.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> J’ai l’impression qu’elle ne dira jamais pire que la phrase précédente, mais elle me prouve sans cesse le contraire. Je suis obligée de la réprimander en haussant la voix, son simple prénom fuyant mes lèvres. Je soupire et tente de raisonner la jeune femme en énumérant les points qui nous éloignent et qui font qu’elle ne devrait pas penser à moi de la manière dont elle le fait. Et encore, je passe sur le fait que je suis sa patronne, alors que je ne devrais même pas. Un seul des points que j’ai énuméré aurait dû l’empêcher de m’embrasser, mais non. Cette jeune femme semble n’avoir aucune éthique, aucune limite non plus d’ailleurs. Mon Dieu, je viens d’imaginer Cassiopée sortir avec un homme de trente ans sont aîné, un vertige me saisit. [color=#ff6666]«  C’est facile de me demander ça, mais j’suis sûre que vous y pensez vous aussi. »[/color] Je fronce les sourcils et la fusille du regard sans trop le vouloir, comme si elle avait touché une corde sensible. [color=#9999cc]« Bien sûr que non ! Et j’ai bien d’autres choses à penser. »[/color] Le problème, c’est qu’elle a raison. Evidemment que je ne fais que penser à ça, ça m’a tellement retourner le cerveau que je ne sais même plus penser sans penser à ça. La sensation en soi n’était pas si désagréable, je me doute que l’alcool y a fait pour beaucoup, mais c’est surtout le reste autour qui fait que ça ne rime à rien et que ça n’aurait jamais dû arriver. Je ne comprends même pas comment une femme peut être attirée par une de ses semblables, alors le fait que j’ai trente ans de plus qu’elle, ça me dépasse totalement. Et d’ailleurs, je lui fais part de mes interrogations.[color=#ff6666] « Faut pas chercher bien loin, vous êtes attirante pour votre âge. »[/color] J’ouvre les yeux, surprise de sa réponse. Elle ne s’arrêtera donc jamais. Je serre les mâchoires en me forçant du mieux que je peux à ne surtout pas imaginer quoi que ce soit entre nous, ce baiser était largement suffisant. [color=#ff6666]« J’pense que votre mari vous montre pas assez qui vous êtes. Déjà, ce que vous m’avez dit la dernière fois… »[/color] Sur ce point elle n’a pas tout a fait tord. Je vis dans une sorte de cohabitation avec Philip qui ne ressemble plus du tout à ce qui pourrait s’apparenter à un couple. Mais j’imagine que tous les couples de trente cinq ans subissent le même sort. [color=#ff6666]« Bah moi ça me fait vachement de peine pour vous quand même. »[/color] Je finis par rire, nerveusement sans doute, et je secoue la tête. [color=#9999cc]« Je ne suis pas à plaindre je te jure. Philip n’est peut-être pas l’homme parfait par excellence, mais il est attentionné, et je pense qu’après 35 ans de mariage, c’est une force. Ce n’est pas parce que nous ne faisons pratiquement plus l’amour que je suis malheureuse ! »[/color] Je hausse les épaules et regarde la jeune femme pendant quelques secondes. [color=#9999cc]« Tu es jeune, tu as encore la fougue de tes vingt ans, et je suppose que la société actuelle vous laisse plus de liberté au niveau sexuel que ça l’était à mon époque. Alors forcément tu dois te dire ‘pauvre femme qui ne couche plus avec son mari’… »[/color] Je croise les bras et regarde au loin dans la nuit, les arbres éclairés par les phares de la voiture. [color=#9999cc]« De toute manière, c’est l’image que je renvoie. Une vieille femme aigrie et coincée. Ne dis pas le contraire, tu le penses au même titre que tous les gens qui ne me connaissent pas. Et même ceux qui me connaissent d’ailleurs. Je ne suis pas sûre qu’il me reste assez de temps pour changer ça. Ni même si j’y arriverai. »[/color] Je laisse planer la notion de temps comme si je l’apparentais à mon âge déjà bien avancé, elle n’a pas besoin de savoir pour ma maladie, de toute manière, à quoi bon. Un long silence prend place dans l’habitacle de la voiture avant que je ne le brise avec une question s’apparentant à de la curiosité plus qu’à une certaine forme de jugement. [color=#9999cc]« C’est que tu as essayé les hommes et que tu n’as pas aimé ou simplement qu’ils t’ont déçue ? »[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: Re: rp : noemor 3 - faire comme si tu n'existais pas   Dim 19 Mar - 15:09

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝  faire comme si tu n'existais pas ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://49.media.tumblr.com/625be4d32b8c5936246eb7cca5f2aed1/tumblr_o351n5vKW21qcq8w0o3_250.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify">Les reproches cessent, et un ton calme s’installe à nouveau dans la voiture, et j’en suis plutôt ravie. La mère de famille ressent le besoin de me parler, de ce baiser, et je n’hésite pas à lui dire que je rêve de toucher à nouveau à ses lèvres, ma frustration étant immense. C’est assez étrange comme sentiment, de ressentir un truc comme ça pour elle, j’veux pas coucher avec elle, non ça jamais, mais juste gouter ses lèvres, une nouvelle fois, aussi sucrées soient-elles. La vieille femme écarquille les yeux, et me réprimande une nouvelle fois, m’expliquant qu’elle est mariée, et tout le baratin habituel, terminant en me demandant d’arrêter d’espérer que cela se reproduise à nouveau. Un rire nerveux m’échappe, et je lui avoue que je suis certaine qu’elle y pense aussi à ce baiser. Elle a beau faire son adulte mature, qu’elle est soyons d’accord, mais je ne suis pas dupe, et si elle n’arrive pas à en parler, c’est qu’elle y pense bien. Autrement, elle s’en ficherait. Elle me fusille du regard, avant de m’assurer le contraire. [b]« Bien sûr que non ! Et j’ai bien d’autres choses à penser. »[/b] Je hoche la tête, et  nous passons à autre chose, et pas des moindres : la raison. Pourquoi je l’ai embrassé, elle ne comprend pas, et moi non plus, je ne sais pas, et c’est assez flippant ça aussi. Je l’ai embrassé, je lui ai volé ses lèvres, alors que nous ne ressentons rien l’une pour l’autre, qu’elle n’est pas mon genre, et j’insiste là-dessus. Mais voilà, elle est attirante, c’est inutile d’affirmer le contraire, et je lui avoue. Elle semble surprise, et je continue mes explications, sachant très bien qu’elle ne fait plus rien avec son mari. Je termine par lui dire que ça me fait de la peine pour elle. Moi, je couche sans arrêt, et cette femme elle, jamais. Nous sommes deux contraires, et j’ose penser que cette femme n’a jamais connu le plaisir charnel, ce n’est pas possible autrement, sinon, elle en serait aussi accro que moi. Enfin, je crois, ou alors, j’suis nymphomane. La rousse rit, nerveusement, et je relève la tête vers elle pour l’entendre. [b]« Je ne suis pas à plaindre je te jure. Philip n’est peut-être pas l’homme parfait par excellence, mais il est attentionné, et je pense qu’après 35 ans de mariage, c’est une force. Ce n’est pas parce que nous ne faisons pratiquement plus l’amour que je suis malheureuse ! » [/b]Au moins, elle l’affirme, mais je n’ose pas lui dire qu’ils ne sont plus un couple. C’est l’impression qui en ressort en tout cas, ils semblent plus comme deux colocataires qu’un couple, c’est étrange, on dirait qu’il n’y a plus d’amour, j’veux dire, le vrai, comme celui que je vois chez mes parents adoptifs. Je n’ai pas le temps de répondre, et je me contente d’hocher la tête avant de l’entendre poursuivre. [b]« Tu es jeune, tu as encore la fougue de tes vingt ans, et je suppose que la société actuelle vous laisse plus de liberté au niveau sexuel que ça l’était à mon époque. Alors forcément tu dois te dire ‘pauvre femme qui ne couche plus avec son mari’… »[/b] Je baisse un peu la tête, puisque c’est exactement ce que je ressens. Elle a raison, aujourd’hui, le sexe est beaucoup moins tabou qu’à son époque, où il fallait attendre le mariage. Aujourd’hui, rares sont ceux qui attendent vraiment. Je regarde un peu par la fenêtre, et continue d’écouter ce qu’elle a à me dire. [b]« De toute manière, c’est l’image que je renvoie. Une vieille femme aigrie et coincée. Ne dis pas le contraire, tu le penses au même titre que tous les gens qui ne me connaissent pas. Et même ceux qui me connaissent d’ailleurs. Je ne suis pas sûre qu’il me reste assez de temps pour changer ça. Ni même si j’y arriverai. »[/b] J’hausse les épaules, consciente que c’est exactement ce que je pense d’elle, et elle le sait très bien. Elle se l’avoue, elle a l’air de l’assumer, et je décide d’enfin prendre la parole. [color=#ff6666]« Dites pas ça, il vous reste des années à vivre, vingt ans au moins, et vous pourriez changer. »[/color] Je me tourne vers elle pour lui offrir un rictus, avant de replacer mon regard sur le paysage obscure qui s’étend devant la voiture. Un silence s’installe, et je ne sais plus quoi dire, quoi faire. Les minutes passent, et le silence commence à devenir pesant, voire même fatiguant. Je ferme un instant les yeux, je serais capable de m’endormir là, maintenant je crois. Heureusement, la femme brise le silence, et je sursaute en ouvrant les yeux. [b]« C’est que tu as essayé les hommes et que tu n’as pas aimé ou simplement qu’ils t’ont déçue ? »[/b] Je tourne la tête vers elle, et penche un peu la tête pour bien comprendre la question. J’hausse les épaules, et détourne à nouveau le regard pour réfléchir pendant quelques minutes à la question. Les hommes, ça n’a jamais été mon fort, déjà j’les comprend pas, et je me sens tellement soumise par rapport à eux, j’ai horreur de ça. Ils font souvent passer leur plaisir avant le mien, et tant bien même, avant d’arriver à jouir, c’est tellement long. Avec une femme, ce n’est pas la même chose. C’est plus rapide, plus intense, plus… plus j’en sais rien en fait, mais je préfère. Je trouve ça même moins bestial, moins sauvage qu’avec un homme. C’est plus agréable aussi, moins violent. Au bout de cinq minutes, je tourne à nouveau la tête vers elle. [color=#ff6666]« Je vais être honnête, j’ai aimé, ils m’ont déçu aussi. »[/color] Je respire, et décide d’être entièrement honnête avec elle. Au point où on en est. [color=#ff6666]« Vous connaissez l’orgasme ? »[/color] Avant qu’elle n’est le temps de répondre, je recommence. [color=#ff6666]« Moi, je connais. Et j’peux vous dire, qu’une fois qu’on a gouté les femmes, les hommes à côté c’est vraiment nul. C’est sauvage, j’veux dire, c’est primitif. Ça me dégoute même je crois bien. »[/color] Je soupire un peu et poursuis. [color=#ff6666]« Avec les femmes, c’est plus rapide, plus intense, plus sensuel, c’est mieux quoi. J’imagine que vous n’avez jamais essayé hein, mais j’peux vous l’assurer. Une fois qu’on touche à une femme, on devient accro à ces courbes fines. »[/color] Je ris un peu, et reprend. [color=#ff6666]« Donc quitte à choisir, j’préfère une belle poitrine plutôt qu’un torse musclé. Vous voyez ? Enfin non vous voyez pas… »[/color] Je passe une main dans mes cheveux, et tourne un peu le regard. Pendant mon explication, mon monologue même puisque je ne lui ai pas laissé le temps de parler, je n’ai pas observé le visage de la rousse, je ne sais même pas si elle s’est bouchée les oreilles et si elle a réussi à comprendre ce que je voulais dire. Elle est tellement coincée, j’suis sûre qu’elle sait même pas ce que c’est un orgasme.


Dernière édition par Mathilda le Mer 29 Mar - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Vicky

avatar

Messages : 30
Activité : 36
Date d'inscription : 22/02/2017

MessageSujet: Re: rp : noemor 3 - faire comme si tu n'existais pas   Lun 20 Mar - 10:51

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝  faire comme si tu n'existais pas ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="https://media.giphy.com/media/l2YWBV91Tukbswc5W/giphy.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> J’essaie de me dépatouiller du mieux que je peux en disant à la jeune femme que non, je n’ai pas que ça à faire de penser au baiser qu’elle m’a volé. Or, je sais très bien que ce n’est pas vrai, j’y pense, c’est évident, et même beaucoup plus qu’il ne le faudrait pour être totalement honnête. Au moins, je le suis avec moi-même, mais pour une fois je m’autorise à ne pas l’être avec un tiers, avec Noemi en l’occurence, parce que je sais bien qu’elle pourra se servir de ma franchise contre moi, surtout s’il faut lui avouer que je pense plus souvent que je ne le voudrais à la sensation de ses lèvres sur les miennes. Doux Jesus. J’essaie cependant de lui expliquer que je ne manque de rien, Philip n’est certes pas l’homme parfait, nous n’avons jamais fait l’amour trois fois par jour, ni même trois fois par semaine quand j’y pense, mais ça ne m’a jamais dérangé parce que je suis de cette génération qui n’accorde pas d’importance superflue à l’abandon des corps et à la possession charnelle. Noemi elle, fait partie de ces jeunes qui aiment le sexe jusqu’à épuisement. Je n’ai jamais connu ça, et je ne pense pas que j’en aurai été capable quoi qu’il en soit. J’essaie d’expliquer à la jeune femme que ça ne m’intéresse pas, et que de toute manière si je voulais changer l’image que les gens ont de moi, il est trop tard. L’étiquette collée sur mon front ne me quittera certainement pas d’ici à ce que je m’abandonne à la mort éternelle. [color=#ff3366]« Dites pas ça, il vous reste des années à vivre, vingt ans au moins, et vous pourriez changer. »[/color] Vingt ans au moins, si seulement. Mon visage se ferme légèrement et j’esquisse un semblant de sourire, ne voulant surtout pas que la jeune femme puisse déceler quoi que ce soit.

Un silence s’installe et je choisis de le briser en posant une question plutôt intime à mon employée. Je ne sais pas bien ce qui me pousse à chercher à en savoir plus, peut-être est-ce simplement une façon de ne pas nous sentir si mal toutes les deux enfermées dans cette voiture ? La question de son homosexualité me brûle les lèvres, je n’ai jamais côtoyé aucun homosexuel, je ne peux pas dire non plus que je suis homophobe bien que cette idée me mette fortement mal à l’aise, mais je n’irai jamais dire du mal d’un homme s’adonnant à des pratiques avec un autre homme, ou une femme avec une autre femme. Je suis seulement de ces personnes qui ne comprennent pas. Après tout, ils font bien ce qu’ils veulent, tant que je n’en suis pas témoin, et encore moins victime. Parce que c’est exactement ce que je ressens, l’impression d’avoir été victime d’une pulsion de la jeune femme, une pulsion qui n’a pour moi vraiment aucun sens.[color=#ff6666] « Je vais être honnête, j’ai aimé, ils m’ont déçu aussi. »[/color] De toute évidence, la jeune femme ne sait pas exactement où se situer, comme la plupart des jeunes de nos jours j’ai l’impression. La liberté les empêche de prendre des décisions, j’en ai bien peur. [color=#ff6666]« Vous connaissez l’orgasme ? »[/color] Surprise et à la fois choquée par sa question, j’écarquille les yeux avant de la regarder, entre-ouvrant la bouche sans qu’aucun son ne sorte. Non. Non je ne connais pas ce qu’on appelle l’orgasme, je peine même à croire qu’il existe vraiment, ou alors je suis frigide. Mais avant que je n’ai eu le temps d’essayer d’exprimer quoi que ce soit, la jeune femme embraye, et ce n’est pas plus mal au final. [color=#ff6666]« Moi, je connais. Et j’peux vous dire, qu’une fois qu’on a gouté les femmes, les hommes à côté c’est vraiment nul. C’est sauvage, j’veux dire, c’est primitif. Ça me dégoute même je crois bien. »[/color] Je plisse un peu les yeux, visiblement, elle n’a pas connu les bons. Enfin, de mon côté, il n’y a eu que Philip, il est ce qu’on appelle l’homme d’une vie. [color=#ff6666]« Avec les femmes, c’est plus rapide, plus intense, plus sensuel, c’est mieux quoi. J’imagine que vous n’avez jamais essayé hein, mais j’peux vous l’assurer. Une fois qu’on touche à une femme, on devient accro à ces courbes fines. »[/color] Je secoue la tête et grimace un peu, la laissant pourtant continuer. L’image même de mes mains sur les formes d’une femme me donne la nausée. [color=#ff6666]« Donc quitte à choisir, j’préfère une belle poitrine plutôt qu’un torse musclé. Vous voyez ? Enfin non vous voyez pas… »[/color] Je secoue à nouveau la tête en soupirant. [color=#9999cc]« Non, je ne vois pas non. »[/color] Je me racle un peu la gorge, mal à l’aise par la discussion. [color=#9999cc]« Tu sais, j’ai grandit dans une famille très croyante, et tu dois savoir que dans la religion, l’homosexualité, ce n’est pas vraiment accepté. Je ne dis pas que je n’aime pas les gens comme toi, je veux dire, les personnes qui sont attirées par le même sexe qu’elles. Ça me met juste un peu mal à l’aise. C’est juste une sorte… je sais pas, d’incompréhension. »[/color] Je me mords l’intérieur de la joue et je lâche un léger rire à la pensée qui vient de me traverser l’esprit. [color=#9999cc]« Pour être honnête, j’aurai sans doute craqué pour toi si tu avais été un garçon. Tu l’as dit toi même, mon couple, ce n’est pas ce qu’il y a de plus excitant, et avec l’alcool, la proximité dans mon bureau la dernière fois, j’aurai pu m’abandonner à un homme, même de ton âge. Je crois. »[/color] Je plisse un peu les yeux et me rends compte de ce que je suis en train de dire. Je parle de tromper mon mari là ? Sincèrement ? [color=#9999cc]« Mon dieu… je suis en train de divaguer complètement. Tromper Philip, n’importe quoi. »[/color] Je soupire fortement et me racle la gorge pour essayer de reprendre mes esprits. [color=#9999cc]« Tu dois me prendre pour une folle… »[/color] Encore et toujours la peur du jugement des autres. Ça me hante, vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilda
RANG VOILA JE SAIS PAS QUOI DIRE
avatar

Messages : 180
Activité : 325
Date d'inscription : 14/11/2013
Age : 18
Localisation : Les cieux

MessageSujet: Re: rp : noemor 3 - faire comme si tu n'existais pas   Lun 20 Mar - 19:10

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝  faire comme si tu n'existais pas ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="http://49.media.tumblr.com/625be4d32b8c5936246eb7cca5f2aed1/tumblr_o351n5vKW21qcq8w0o3_250.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify">En revenant dans la voiture, la femme avait besoin de discuter, et je l’écoute, attentivement, et nous parlons bien rapidement de son mari. Elle m’explique qu’elle n’est pas malheureuse, mais qu’elle affirme qu’elle est une femme coincée, et je baisse la tête à l’écouter ainsi. Elle se dénigre, et même si je suis d’accord avec ce qu’elle dit, je sais qu’elle pourrait changer cela. Elle me fait de la peine, à se voir de cette façon, et je n’hésite pas à lui dire, qu’elle peut changer. Un silence s’installe, et devient pesant, lourd, presque angoissant. Finalement, Eleanor me pose une question et pas des moindres, sur les hommes. Ou du moins, sur mon homosexualité, je comprends bien le sous entendu de sa question. Je réfléchie pendant quelques minutes, et décide d’être complètement honnête avec elle, à savoir d’évoquer l’orgasme, qui est pour moi le point qui change tout entre mes relations homosexuelles et hétérosexuelles. Avec les hommes, comme je lui explique, c’est bien plus primitif, tandis qu’avec les femmes, c’est plus sensuel, et je préfère, j’y prends beaucoup plus de plaisir, tandis qu’avec les mâles, ce plaisir est moindre voire parfois, inexistant.  Je ne dis pas que je ne ressens pas de plaisir en couchant avec des hommes, mais simplement, j’ai rarement un orgasme, alors qu’avec une femme c’est quasiment systématique. Je n’observe pas vraiment Eleanor pendant mon monologue, et je termine par dire que je préfère les poitrines, lui demandant si elle comprend, mais j’en doute. Elle secoue vivement la tête, et reprend la parole. [b]« Non, je ne vois pas non. »[/b] J’hoche la tête, ce n’est pas une grande surprise finalement. [b]« Tu sais, j’ai grandit dans une famille très croyante, et tu dois savoir que dans la religion, l’homosexualité, ce n’est pas vraiment accepté. Je ne dis pas que je n’aime pas les gens comme toi, je veux dire, les personnes qui sont attirées par le même sexe qu’elles. Ça me met juste un peu mal à l’aise. C’est juste une sorte… je sais pas, d’incompréhension. »[/b] Je soupire un peu, mais je comprends un peu ce qu’elle essaie de me dire. Dans la religion, l’homosexualité est une sorte de pêché ou je ne sais pas quoi encore, et du coup, les personnes religieuses et pratiquantes ne nous apprécient pas forcément, et même si certains essayent de comprendre, de passer au-delà de cette croyance, Eleanor est dans l’incompréhension elle aussi, et elle n’est pas la seule, je le sais. Ma mère adoptive n’a pas compris au début, et j’ai mis longtemps à lui expliquer avant qu’elle comprenne. Aujourd’hui encore, je ne suis pas sûre qu’elle l’accepte complètement. La juge rit doucement, et je penche un peu la tête, souriant en la regardant faire. [b]« Pour être honnête, j’aurai sans doute craqué pour toi si tu avais été un garçon. Tu l’as dit toi même, mon couple, ce n’est pas ce qu’il y a de plus excitant, et avec l’alcool, la proximité dans mon bureau la dernière fois, j’aurai pu m’abandonner à un homme, même de ton âge. Je crois. »[/b] Sur ces paroles, je rougis, littéralement, sans même m’en rendre compte. Elle vient de me dire qu’elle pourrait craquer pour moi ? Je rêve ? C’est quoi ces pensées là ? Je secoue un peu la tête, et lui souris pour la rassurer. Ce qu’elle me dit m’étonne un peu, je ne pensais pas qu’elle était capable de se l’avouer, et je suis vraiment surprise. Elle vient d’avouer qu’elle serait capable de tromper son mari pour quelqu’un de plus jeune, plus pimpant, et ça me fait rire. C’est assez mignon je pense, mais à la fois plutôt triste de voir qu’elle ressent ça. Je ne sais pas si elle aime vraiment Philip, mais une chose est sûre… ce n’est plus vraiment un couple. Enfin, ils sont mariés, tout ça mais dès que l’un est presque capable de tromper l’autre, ça craint. M’enfin, elle ne le ferra sans doute jamais mais bon. [b]« Mon dieu… je suis en train de divaguer complètement. Tromper Philip, n’importe quoi. »[/b] Je hausse un peu les épaules, et elle reprend. [b]« Tu dois me prendre pour une folle… » [/b]Je secoue vivement la tête avant de prendre la parole. [color=#ff6666]« Vous n’êtes pas folle Eleanor, vous êtes humaine, et une femme qui plus est. »[/color] Je n’oserais jamais lui dire que son mari ne lui donne pas ce qu’il faut, mais ce que vient de me dire Eleanor est quand même plutôt surprenant. Je décide de revenir rapidement sur mon homosexualité.[color=#ff6666] « Pour la religion, j’comprend, ma mère a eu du mal à l’accepter aussi. Pour être honnête, je ne suis pas sûre qu’elle l’accepte un jour, mais tant pis. »[/color] Je soupire, et reprend la parole, pour rebondir sur le sujet Philip. [color=#ff6666]« Je ne me permettrais jamais de vous juger Eleanor… »[/color] Je respire avant de reprendre la parole. [color=#ff6666]« Mais si vous saviez comme ça me fait de la peine que Philip ne vous donne pas ce dont a besoin une femme… »[/color] Du plaisir, du vrai. Je n’utiliserais jamais ce mot avec elle, quoi que, j’ai bien utilisé orgasme, mais là, ce serait de trop. [color=#ff6666]« A votre place, moi, je me lasserais je crois. »[/color] Je hoche la tête et lui souris doucement, presque timidement, ce qui n’est pas dans mes habitudes. Oui, à la place d’Eleanor, je serais déjà partie voir ailleurs, mais je suis jeune et je n’ai pas les mêmes valeurs, c’est bizarre en y pensant. [color=#ff6666]« Mais je ne suis pas vous, et vous n’êtes pas infidèle, enfin j’imagine. » [/color]Je ris un peu, histoire de briser un peu la tension qui s’est installée dans la voiture.


Dernière édition par Mathilda le Mer 29 Mar - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheepix.weshforum.com
Vicky

avatar

Messages : 30
Activité : 36
Date d'inscription : 22/02/2017

MessageSujet: Re: rp : noemor 3 - faire comme si tu n'existais pas   Mar 21 Mar - 16:56

Code:
<center><blockquote><center><link href="http://fonts.googleapis.com/css?family=Parisienne" rel="stylesheet" type="text/css"><span style="font-family:'Parisienne', serif;font-size:20px;text-transform:normal;font-style:normal;">❝  faire comme si tu n'existais pas ❞</span><br/><span style="font-family: 'Oswald', sans-serif;font-size:10px;text-transform:uppercase;font-style:normal;letter-spacing:2px;"><b>NOEMI & ELEANOR</b></span><br/></br/></center><img src="https://media.giphy.com/media/l2YWBV91Tukbswc5W/giphy.gif" width="190px" style="border:5px solid white; margin-right:10px; margin-bottom:0px;" align="left" /><div align="justify"> Je crois que je me suis calmée, un peu du moins, même si cette conversation ne me met pas la plus à l’aise du monde. J’ai compris qu’un baiser pour cette jeune femme ne signifie pas grand chose, elle pourrait le donner comme elle donne une poignée de main ou une tape dans le dos. Ce n’est pas le genre de comportement que j’arrive à comprendre ni même à concevoir, et pourtant, je crois que la jeune femme près de moi fonctionne de cette manière. Ce qui me rassure un peu, c’est qu’elle a l’air de dire que le baiser qu’elle m’a volé n’avait pas vraiment de sens pour elle, elle n’a pas eu envie de faire l’amour avec moi en suivant, et tant mieux. Cette simple idée me donne froid dans le dos. Je continue de lui parler, de lui expliquer que je n’ai pas été élevée avec assez d’ouverture d’esprit pour être suffisamment à l’aise avec les personnes comme elle qui affirment leur différence. Moi, je suis dans le moule, je ne dépasse jamais du cadre, je fais ce qu’on me dit de faire, et je le fais au mieux. C’est ce que je suis, ce pourquoi je me bats. Au fil des minutes, j’en viens à dire à Noemi que j’aurai pu céder à ses avances si elle avait été un homme, même aussi jeune qu’elle l’est. Mais en y pensant, ce n’est peut-être pas vraiment juste, ou alors est-ce juste ma raison qui reprend le pas sur la potentielle passion qui aurait pu sortir de nulle part d’un moment à l’autre. Non, tromper Philip, quelle idée. [color=#ff6666]« Vous n’êtes pas folle Eleanor, vous êtes humaine, et une femme qui plus est. »[/color]. Je ne vois pas le rapport avec le fait d’être une femme. Parce que les hommes prennent plus facilement du plaisir rapport aux femmes ? Sans doute, mais je ne pense pas que ce soit vital. Peut-être que c’est quelque chose d’agréable, mais ça ne rend pas les gens meilleurs ou plus heureux. Du moins je ne pense pas. Ce n’est pas mon manque de plaisir sexuel qui fait de moi une femme aussi stricte et sévère. C’est juste à cause de mon éducation. Ou c’est du moins sur ce point là que je pense vient le problème.[color=#ff6666] « Pour la religion, j’comprend, ma mère a eu du mal à l’accepter aussi. Pour être honnête, je ne suis pas sûre qu’elle l’accepte un jour, mais tant pis. »[/color] Je suis un peu rassurée qu’elle ait quelqu’un dans son entourage qui n’accepte pas totalement non plus. De mon côté, je n’ai pas à l’accepter ou non, elle fait ce qu’elle veut, je ne vais pas l’empêcher de vivre sa vie, ce n’est pas ma fille après tout, mais ce côté d’elle me met clairement mal à l’aise, même si j’essaie de ne pas le laisser paraître. [color=#ff6666]« Je ne me permettrais jamais de vous juger Eleanor… Mais si vous saviez comme ça me fait de la peine que Philip ne vous donne pas ce dont a besoin une femme… »[/color] Je hausse un peu les épaules. [color=#9999cc]« Je n’ai pas l’impression de manquer de quoi que ce soit. »[/color] Certainement parce que je n’y ai jamais goûté, et si je pense qu’il n’est pas trop tard pour changer, je pense cependant qu’il est trop tard pour goûter au plaisir charnel. Ce n’est plus de mon âge. [color=#ff6666]« A votre place, moi, je me lasserais je crois. » [/color]Un léger rire s’échappe de mes lèvres et je la regarde, gardant ce sourire un peu plus sincère au coin de mes lèvres.[color=#ff6666] « Mais je ne suis pas vous, et vous n’êtes pas infidèle, enfin j’imagine. »[/color]. [color=#9999cc]« C’est vrai, tu n’es pas moi, tu es encore une enfant, tu as tout le loisir de profiter de ta liberté, de ta jeunesse. Pour moi tout ça, c’est plus au programme. Aujourd’hui je suis plus concentrée sur le bonheur de mes enfants que le mien. Et même si je ne fais pas toujours ce qu’il faut, je me laisse le droit de m’oublier un peu. Parfois c’est pas plus mal. De s’oublier un peu. »[/color] C’est certain que Noemi ne comprendra pas cette pensée, mais ce n’est pas grave. Je laisse échapper un soupir, ne sachant plus vraiment quoi dire pour agrémenter cette discussion qui se voulait difficile au départ. L’important pour moi c’est de lui avoir dit ce que je pensais, et qu’elle ne s’avise plus de faire une chose pareille. Je vois dans le rétroviseur une lumière de phares et espère de tout mon coeur que ce soit la dépanneuse. Heureusement, c’est le cas, et je souffle même un peu de soulagement. On va pouvoir rentrer à la maison. Et après une dizaine de minutes seulement, la roue est changée et nous pouvons repartir. Toute cette attente pour pas grand chose au final. Le reste du trajet je reste silencieuse, laissant la jeune femme à son smartphone, et en arrivant à la maison, je la salue, lui souhaitant une bonne nuit, et file directement dans ma chambre pour espérer une nuit potable, ce qui m’arrive rarement depuis qu’elle a posé ses lèvres sur les miennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: rp : noemor 3 - faire comme si tu n'existais pas   

Revenir en haut Aller en bas
 
rp : noemor 3 - faire comme si tu n'existais pas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Catastrophe le service client de Bouygues
» Comment faire un "QUI EST EN LIGNE" exatement comme ca?
» Comment faire un tableau comme celui-ci?
» Comment faire des sujets Comme les tuto officiels
» Comment faire pour mettre des icones de sujets comme forumactif ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sheepirl, test :: RPG :: RPG-
Sauter vers: